Oh let me be your teddy bear !

C’est la belle nuit de Noël, la neige étend son manteau blanc, et les yeux levés vers le ciel , à genoux les petits enfants…

Manque de bol Abdallah, tu es né dans une famille musulmane rigoriste, donc pour ce qui est du sapin et des cadeaux tu peux te brosser. Les fêtes de mécréants c’est pas pour les vrais croyants, les purs et durs, les barbus et les voilées. Mais rassure-toi mon petit, tout n’est pas perdu, tes parents, qui veulent faire de toi un grand savant, et qui veulent également te faire plaisir, vont t’offrir un nouvel ami tout doux, le nounours Hamza.

Oui, je sais, tu es un peu surpris, ton nouvel ami n’a pas d’yeux. C’est parce que ton nounours a été fabriqué par un vrai musulman. Son concepteur sait qu’Allah est le seul et unique créateur. Les yeux étant un des symboles de l’existence de l’âme, en ajouter à ton nounours aurait constitué la revendication du statut de créateur. Or tout le monde sait (sauf les koufars qui sont d’indécrottables mécréants) que seul Allah est l’unique créateur. Tu pourras quand même jouer avec lui, lui faire des câlins, comme tous les petits enfants, c’est halal.

Mais ton nouvel ami n’est pas là que pour jouer, il a aussi une mission : faire de toi un bon musulman.Son mode d’emploi est là pour te guider à travers toutes ses fonctions qui t’aideront à devenir un vrai petit docteur de la foi qui fera la joie de ses parents et suscitera l’émerveillement de tous leurs amis.

Mode d’emploi et Fonctionnement du Nounours Hamza

  • Appuyez environ deux secondes sur la main droite «MODE» pour allumer le nounours, ce dernier se met immédiatement à parler en commençant par la première partie (Mode Présentation «Assalâmou ‘alaykoum»). Une fois qu’il finit une partie, le nounours s’arrête de parler.
  • Pour ajuster le volume, il suffit d’appuyer sur ses deux oreilles (V+) et (V-).
  • Pour changer de mode, appuyez sur la main droite «MODE». Vous pouvez ainsi aller directement à un mode donné. Voici la liste des 12 modes disponibles dans l’ordre : 1. Assalâmou alaykoum – 2. Les invocations – 3. Le dogme (Al-‘Aqîda) – 4. Les bonnes et mauvaises actions – 5. Le Coran (Al-Qur’ân) – 6. Apprenons encore quelques invocations – 7. Le Dhikr – 8. Les bonnes paroles – 9. Al-Hourouf (Chants sur l’alphabet arabe) – 10. La langue arabe – 11. Al-Adhân – 12. Les chants (Al-Anâchid).
  • Quand on est dans un mode donné (par exemple «Le Coran»), au peut changer de piste (ici changer de Sourate) à l’intérieur du mode en utilisant les boutons situés au niveau des deux pieds : droit (>>) et gauche (<<) pour passer d’une piste à l’autre.
  • La main gauche du nounours (>|) permet de faire des pauses et de reprendre l’écoute à tout moment (PLAY/PAUSE).
  • Si le nounours a fini de parler et qu’on n’appuie plus sur aucun bouton, pendant une minute, alors il s’éteint automatiquement afin d’économiser les piles en disant «A bientôt ! Assalâmou ‘alaykoum».

poupees

Quant à toi, ma chère petite Kenza, tu n’as pas été oubliée. Les fabricants de jouets, pensent également aux petites filles, Ils ont créé pour toi Zaynab (à droite), la poupée sans visage, habillée comme toute bonne musulmane devrait l’être, vendue avec son petit tapis de prière, parce que même une poupée ne doit pas oublier ses devoirs envers Allah. Et si tu as la chance d’avoir de pieux parents qui savent malgré tout se montrer quelque peu modernes, ils t’offriront une « Barbie hijab » (à gauche), création de la styliste Haneefah Adams qui voulait « faire en sorte que les petites musulmanes du monde entier se sentent mieux représentées par leur poupée préférée […] Le hijab signifie la modestie pour moi et cela est ma seule identité. C’est ma couronne et cela représente mon propre contrôle sur la manière dont je veux être vue. Sans délaisser le fait que cela a une connotation religieuse. »

Même les tout-petits n’ont pas été oubliés. grâces soient rendues à Allah, les créateurs de jouets ne les ont pas oubliés avec cette merveilleuse veilleuse coranique.  La veilleuse coranique qui fait la joie de tous les petits musulmans qui ont la chance de grandir au sein d’une famille pieuse. Non seulement elle veillera sur ton sommeil en t’épargnant la peur du noir, mais elle émerveillera ton endormissement en projetant au plafond de jolies lumières multicolores, des étoiles animées. Et comme le Coran est une lumière, elle te récitera des dizaines d’invocations, elle t’aidera aussi à apprendre les sourates  importantes du saint Coran: Al-Fatiha, Al-Ikhlas et les deux sourates protectrices (Al-Falak et An-Nas), le verset du trône (Ayat Al Koursi), ainsi que toutes les autres sourates de Hizb Sabbih récitées par le grand récitateur Mohammed Siddik Al Minchawi, avec la voix de l’enfant qui récite après lui.

Avouez que ça fait envie, je peux voir dans vos yeux cette petite lueur de joie qui atteste que malgré tout au fond de vous existe encore un petit enfant.

Publicités

Hé, la France, Théo… courant ? Ton gouvernement c’est de la merde !

Depuis plusieurs jours il est impossible d’écouter la radio, de lire un journal, de suivre un journal télévisé sans que les journalistes ne se sentent pas obligés de nous casser les pieds avec ce qui est arrivé au héros des temps modernes hexaconnauds, plus connu sous le seul nom de Théo. Je ne vais pas insinuer, comme on peut le lire sous certaines plumes, que le gazier occuperait une partie de son temps à des activités commerciales que le droit réprouve et condamne. Je veux bien croire que c’est le jeune homme au casier judiciaire immaculé que l’on nous présente. Cependant, il ne faudrait pas oublier, dans le récit hagiographique, quelques points quant au déroulement des événements. Les quatre policiers mis en cause patrouillaient lorsqu’ils sont repérés par des guetteurs qui alertent aussitôt les dealers du coin en train de bosser. En temps normal n’importe qui estimerait qu’ils ont respecté les termes de leur contrat de travail. Sauf que l’activité en question est pour l’instant encore illégale, en dépit des cris d’orfraie poussés par certains politiciens socialistes et écologistes. Parmi ces guetteurs, payés de 100 à 150€ par jour, en liquide, sans la moindre déclaration à l’URSSAF, se trouve un bon copain du fameux Théo. Ce dernier est d’ailleurs en train d’arriver sur les lieux. Les policiers décident de contrôler les guetteurs, normal, ils font leur travail. Le bon ami dudit Théo a été formellement reconnu par les fonctionnaires comme un de ceux qui ont donné l’alerte. Il fait donc partie de ceux qui sont contrôlés en priorité. Seulement voilà, loin de vouloir se soumettre à ce qui n’est jamais qu’une pratique normale et parfaitement légale, le type cherche l’affrontement. Il s’approche d’un des policiers, corps penché en avant, quasiment à front contre front. Il est repoussé, il revient à la charge et une échauffourée commence. C’est à ce moment que le dit Théo tente de s’interposer et lance à un des policiers «Tu fais pas ça ! J’m’en bats les couilles de ton contrôle. Vous nous cassez les couilles ! Tu fais pas ça !». On peut dire ce que l’on veut, ce n’est pas un langage à tenir à un policier dans l’exercice de ses fonctions. Ensuite, lorsque l’on est étranger à un fait qui a conduit à une intervention de la police, on ne se mêle pas du déroulement qui s’en suit. Ce faisant, il a indubitablement pris fait et cause pour un nuisible et a tenté de le soustraire au contrôle, puis a résisté à son interpellation au point qu’il a fallu plusieurs fonctionnaires pour le maîtriser.

Arrivé à ce point, il me semble intéressant de préciser à tous les abrutis qui s’étonnent de ce qu’il faille quatre fonctionnaires pour maîtriser un forcené, que c’est une nécessité. Bien sûr, on peut adopter le point de vue de la racaille et estimer que cela devrait se jouer mano a mano, un contre un. Dans l’absolu, pourquoi pas, mais alors il faudra que tous les commentateurs ferment bien leurs grandes gueules quant à la violence policière, car à un contre un, à part jouer de la savate et de la châtaigne pour amener le récalcitrant à se laisser embarquer, je ne vois pas d’autre façon de faire. Et puis sans vouloir être méchant, ceux qui se permettent ce genre de commentaire n’ont visiblement jamais eu à s’impliquer dans un combat de rue. C’est juste une manière comme une autre de lâcher son fiel de petit gauchiste foireux et anti-flic. Les mêmes se plaignent ensuite de ce que la police n’intervienne pas lorsque de braves petits manifestants de gauche se font racketter par leurs racailles chéries, comme ce fut le cas lors des manifestations contre le CPE, où l’on vit des milliers de courageux rebelles fuir devant 300 racailles venues faire leur marché, en faisant sous eux, allant même jusqu’à abandonner leurs copines dont certaines se retrouvèrent le haut déchiré et des hématomes au fessier à force de louches balancées à l’économat.

Ce qui est arrivé est on ne peut plus malheureux et doit faire l’objet d’une enquête de l’IGPN, puis d’une instruction. Les sanctions devront être prises et les peines effectuées, c’est clair. En revanche, le déferlement médiatique qui a condamné d’emblée les quatre fonctionnaires alors que le moindre élément d’enquête n’avait pas encore fuité, que la moindre vidéo prise par un téléphone portable n’ait été mise en ligne, est une chose relevant de l’abjection. Les esprits sont à ce point pervertis que lorsque les premières conclusions de l’enquête de l’IGPN, que l’on ne peut pas taxer de partialité au vu du nombre de sanctions rendues chaque années, ont été rendues publiques, nous avons assisté à une levée de boucliers. Journalistes, politiciens, associatifs, tous se sont élevés contre ces conclusions rendues après des dizaines de visionnages des bandes de vidéosurveillance dont les angles de prise de vue et la haute définition permettent de se rendre compte du déroulé des événements sans le moindre doute.

Ainsi donc, à les écouter, tous ces tartufes médiatisés qui ne vivent pas dans ces quartiers exotiques, il faudrait balayer ces images d’un revers de la main au seul prétexte que cela mettrait le feu aux banlieues cosmopolites et interlopes. BlackLivesMatter à la française en somme. Nous en sommes arrivés au point où tout ce qui est blanc, chrétien, avec la circonstance aggravante du port d’uniforme est d’emblée suspect. Le Big Other doit prendre le pas sur le Français de souche, sur l’européen vivant sur son continent. Il faut les avoir entendu, tous ces salopards, pour le croire. Et que cela te jure la main sur le cœur qu’ils luttent contre le communautarisme, ce qui ne les empêche pas la phrase d’après d’affirmer que chaque communauté doit pouvoir vivre sans avoir à se retrouver en butte à la désapprobation de telle ou telle autre. Cherchez l’erreur ! La vérité, c’est que nous en sommes arrivés au point où il n’y pas plus de peuple français mais une mosaïque de communautés qui ne veulent plus se fondre dans le creuset national, mais vivre selon leurs us et coutumes sur le territoire qu’elles occupent. Dans l’ordre, nous pouvons remercier le Président Valéry Giscard d’Estaing et son Premier ministre Jacques Chirac pour avis mis en oeuvre le regroupement familial, première marche descendant vers l’enfer que nous vivons aujourd’hui. Ensuite nous pouvons remercier François Mitterrand et ses divers Premiers ministres qui ont ouvert nos frontières en grand, et abaissé le niveau d’exigence à l’endroit des nouveaux arrivants. Puis à partir de la première présidence Chirac ce fut l’accélération de la grande décarade, jusqu’au néant cosmique qui préside encore pour quelques mois à la destinée de la nation.

De renoncements en abdications, les gouvernements successifs n’ont jamais cessé de jouer l’étranger contre le national, l’islam (et la république) contre le catholicisme. Le Français de souche peut bien se faire insulter, molester, dépouiller, il n’a droit à aucune considération de la part des pouvoirs publics, il porte sur lui la marque de Caïn, la faute majeure, il est blanc. Qu’un quelconque membre d’une minorité se fasse rudoyer par la police, qu’importe si le motif est légitime, il est aussitôt hissé au rang de martyr et aura droit à la visite, à son chevet, du maire local, puis d’un ministre, et pourquoi pas du Président de la république. A croire que c’est devenu son rôle que de jouer les consolateurs. Mais attention, si tu es un flic qui s’est fait cramer dans sa voiture de service tu peux aller te faire voir, la compassion républicaine ne s’adresse qu’aux minorités.

Quoi que, il faut bien garder à l’esprit qu’il y a minorité et minorité. Mon ami, tu es asiatique, tu travailles dur, ne compte pas tes heures, tu as réussi à ouvrir ton commerce, et bien tu peux aller voir chez plumeau, tu auras droit à rien. Vous faites partie de la classe honnie des possédants, de ceux qui veulent faire quelque chose de leur vie, qui veulent transmettre le bien durement acquis à leurs enfants. En plus, vous n’êtes pas musulmans, vous donnez des prénoms européens à vos enfants, qui travaillent d’ailleurs fort bien à l’école, prouvant ainsi que lorsque l’on est étranger à une culture on peut fort bien réussir, à la condition toutefois de s’en donner la peine, c’est à dire de travailler. Et ça mes amis, c’est inacceptables pour les tarés qui nous gouvernent. Il est incongru de demander le moindre effort aux enfants de troisième génération qui ne parle toujours pas la langue du pays dans lequel ils sont nés. Non, il faut abaisser le niveau des programmes, il faut appauvrir la langue quitte à en faire un sabir qui n’aura plus rien à voir avec la langue de ce Molière que l’on étudiera plus, sauf adapté au langage des quartiers.

Il faudra bien un jour que cela cesse, et si pour cela il devient impératif de foutre en l’air république et démocratie, et bien on se rangera à cette option et on fourbira les armes si nécessaire. Les guignols qui ont la prétention de nous gouverner ont visiblement oublié qu’une nation ce n’est pas un conglomérat d’éléments disparates que l’on peut agréger au petit bonheur la chance. Une nation c’est un peuple (ou un ensemble de peuples qui se reconnaissent un destin commun) donné qui vit sur une terre précisément bornée qui a développé une langue, une culture, un art de vivre qui lui sont propres. Ce peuple a reçu cette terre de ses aïeux et a normalement pour mission de la transmettre intacte ou embellie, mais en aucun cas saccagée par des éléments étrangers qui entendent bien le rester génération après génération, et qui ont la prétention de lui imposer leurs coutumes ineptes et souvent ignobles, leur « culture », et leur soi-disant religion qui n’est jamais qu’un affront à tout ce qui peu ou prou a à voir avec l’idée de civilisation. Presque deux siècles de république ont endormi les Français, mais il se pourrait bien que le réveil soit brutal. Je l’espère, pas pour moi, ma vie est faite et pour plus de la moitié derrière moi, mais pour mes enfants, pour ceux de mes proches, pour mes petits-enfants qui ont droit de connaître la France telle que ceux de ma génération ont pu la connaître, au lieu de cet infâme gourbi multiculturel que nous subissons au quotidien.

A ce qu’il paraît l’intelligence serait dans le camp démocrate

Quand on voit ces démocrates manifester leur opposition au nouveau président, légalement élu, on peut se poser la question de la pertinence de cette affirmation.

Par ailleurs, lorsque j’écoute toutes ces personnes censées être les faiseurs d’opinion, être des sages, des experts, nous prédire que Donald Trump est un incapable, que sa présidence va âtre catastrophique, je ne peux m’empêcher de douter. Car ce sont les mêmes qui nous ont prédit que le Brexit serait rejeté par le peuple britannique, qu’il allait sonner le glas de l’économie anglaise, qu’Alain Juppé serait élu candidat de la droite et du centre, qu’Hillary Clinton serait présidente. Et ce sont également ces mêmes qui en 2012 s’étaient majoritairement prononcés en faveur de François Hollande. Du coup, je doute de leurs capacités intellectuelles, de leur flair soi-disant infaillible, et de leur bonne foi.

Un nouvel annuaire de la réaction

brigade

La Brigade Jeanne d’Arc se compose de tous ses compagnons, et de tous ceux qui se reconnaissent en elle. Figure historique et mystique exceptionnelle, Jeanne d’Arc a su mobiliser et entraîner une armée dans la défense matérielle, politique et spirituelle de la France. La grandeur de l’Histoire et du destin de la France ont donné naissance à un très grand nombre de mouvements, de sites et d’associations qui se sont fixé chacun de contribuer à prendre en main cet héritage et de le faire perdurer.

Ce site ambitionne d’en faire le recensement, et de regrouper autant de mouvements que possible sous un même drapeau. Les noms les plus connus y côtoieront les initiatives les plus modestes, mais tous seront animés, chacun selon son optique, du même intérêt pour notre pays. On trouvera, naturellement, une grande variété de points de vue, de positionnements et d’objectifs. De cette façon, chacun pourra explorer ce qui lui correspond à raison de ses orientations politiques, sociales, religieuses, tout en baignant dans un creuset où les autres orientations lui seront accessibles, témoignage des multiples aspects de la richesse de notre identité. En plus des sites d’information, de partage et de découverte, seront représentées des idées et initiatives tendant à réaliser des rencontres, des projets ou des actions métapolitiques, afin de contribuer à l’évolution des institutions et des mentalités.

ban1