Contrôle des armes : l’analyse contre le dogmatisme imbécile.

Étonnant article publié dans le très gauchiste Washington Post. À sa lecture on se prend à espérer. Mais le constat est amer, car aucun chantre français du durcissement du contrôle des armes n’osera se livrer au même examen de conscience que l’auteur de cet article.

En France, on ne réfléchit pas, on fait de l’idéologie. On préfère que les citoyens soient désarmés face à une voyoucratie qui n’a jamais eu, et n’aura jamais, de problème pour s’approvisionner en armes, même en armes de guerre. On préfère sacrifier l’honnête citoyen plutôt que de risquer la vie d’une seule gouape ou d’un seul terroriste.

Si les citoyens avaient la possibilité non seulement de s’armer, mais de pouvoir les porter sur eux, il est certain que les salopes qui ont massacré les nôtres au Bataclan et à l’Hyper Casher, n’auraient pas eu le temps de faire autant de victimes. Et au moins une des deux jeunes filles assassinées à la gare de Marseille aurait peut-être pu être sauvée.

Je pensais que le contrôle des armes à feu était la solution. Mes recherches m’ont montré le contraire.

 3 Octobre à 15h02

Gun_Stocks_Rising-Q_A_54939-00a53

Leah Libresco est statisticienne et ancienne rédactrice de nouvelles à FiveThirtyEight, un site de journalisme de données. Elle est l’auteur de « Arriving at Amen. »

Avant que je commence à faire des recherches sur les morts par arme à feu, la politique de contrôle des armes à feu me frustrait. J’aurais souhaité que la National Rifle Association cesse de bloquer les réformes de bon sens du contrôle des armes à feu telles que l’interdiction des armes d’assaut, la restriction des silencieux, la réduction de la taille des magasins et toutes les autres mesures qui pourraient rendre les armes à feu moins mortelles.

Ensuite, mes collègues et moi-même, à FiveThirtyEight, avons passé trois mois à analyser les 33000 vies tuées par des armes à feu chaque année aux États-Unis, et j’ai fini par me sentir frustrée d’une toute nouvelle façon. Nous avons examiné les interventions qui auraient pu sauver ces personnes, et les arguments en faveur des politiques pour lesquelles j’avais fait pression se sont effondrés lorsque j’ai examiné les données probantes. Les meilleures idées qu’il restait étaient des interventions adaptées pour protéger les sous-types de victimes potentielles, et non les tentatives générales de limiter la létalité des armes à feu.

J’ai fait des recherches sur le durcissement des lois sur le strict contrôle des armes à feu en Grande-Bretagne et en Australie et j’ai conclu qu’elles ne prouvaient pas grand-chose sur ce que devrait être la politique américaine. Aucune des deux nations n’ a connu de baisse des tirs de masse ou d’autres crimes liés aux armes à feu, que l’on pourrait attribuer à leurs rachats et à leurs interdictions. Les fusillades de masse étaient trop rares en Australie pour que leur absence après le programme de rachat soit une preuve évidente de progrès. En Australie et en Grande-Bretagne, les restrictions relatives aux armes à feu ont eu un effet ambigu sur d’autres crimes ou décès liés aux armes à feu.

Lorsque j’ai regardé les autres politiques souvent saluées, j’ai découvert qu’aucun propriétaire d’arme à feu n’entre dans le magasin pour acheter une « arme d’assaut », c’est une classification inventée qui comprend tout semi-automatique qui a deux caractéristiques ou plus, comme une monture à baïonnette, une monture de lance-grenades propulsée par fusée, une crosse pliante ou une poignée de pistolet. Mais les canons sont modulaires, et n’importe quel amateur peut facilement ajouter ces caractéristiques à la maison, comme s’ils étaient en train de monter un Lego.

Quant aux silencieux – ils méritent ce nom seulement dans les films, où ils réduisent les coups de feu à un puick puick doux. Dans la vie réelle, les silencieux limitent les dommages auditifs pour les tireurs, mais ne rendent pas l’arme dangereusement silencieuse. Un AR-15 (NdT : appellation commerciale du M16) avec un silencieux est à peu près aussi bruyant qu’un marteau-piqueur. La limitation de la capacité des chargeurs étaient un peu plus prometteuses, mais un tireur expérimenté peut changer de chargeur si rapidement qu’il rendra de fait la limitation de capacité dénuée de sens.

Comme mes collègues et moi-même examinions sans cesse les données, il semblait de moins en moins évident qu’une seule restriction générale du contrôle des armes à feu pouvait faire une grande différence. Les deux tiers des décès par arme à feu aux États-Unis chaque année sont des suicides. Presque aucune restriction proposée ne rendrait l’utilisation des armes à feu beaucoup plus difficile pour les personnes qui en ont sous la main. Je ne pourrais même pas répondre à ma question la plus désespérée: si j’avais un ami qui avait des armes à feu dans sa maison et des antécédents de tentatives de suicide, est-ce qu’il y aurait quelque chose que je pourrais faire pour l’aider ?

Cependant, la deuxième catégorie de décès par arme à feu en importance – une sur cinq – est celle des jeunes hommes âgés de 15 à 34 ans, tués dans des homicides. Ces hommes étaient les plus susceptibles de mourir de la main d’autres jeunes hommes, souvent liés à la loyauté envers les gangs ou à d’autres formes de violence dans la rue. Et le dernier groupe notable de décès similaires est celui des 1700 femmes assassinées chaque année, généralement à cause de la violence familiale. Bien plus de personnes ont été tuées de cette manière que lors d’incidents de tirs de masse, mais peu de politiques populaires ont été adaptées pour les servir.

Lorsque nous avons publié notre travail, je ne croyais pas aux nombreuses interventions que j’avais entendues de la bouche des politiciens. J’étais toujours contre les armes à feu, du moins du point de vue de la plupart des propriétaires d’armes à feu, et je ne veux pas d’armes à feu dans ma maison, car je pense que le risque l’emporte sur les avantages. Mais je ne peux pas endosser des politiques dont le seul argument de vente est que les propriétaires d’armes à feu les détestent. Des politiques qui semblent souvent rédigées par des gens qui n’ont rencontré les armes à feu autrement qu’en illustration dans un fascicule donnant des éléments de langage ou une image aux nouvelles.

Au lieu de cela, j’ai trouvé un espoir plus conséquent dans des mesures d’interventions plus  adaptées. Les victimes potentielles de suicide, les femmes menacées par leur partenaire violent et les enfants balayés par les vendettas de rue sont menacés par les armes à feu, mais ont tous besoin de protections différentes.

Les hommes âgés, qui représentent la plus grande part des suicides par armes à feu, ont besoin d’un meilleur accès aux personnes qui pourraient s’occuper d’eux et obtenir de l’aide. Les femmes menacées par des hommes en particulier doivent être considérées comme prioritaires par la police, qui peut faire respecter les ordonnances interdisant à ces hommes d’acheter et de posséder des armes à feu. Les hommes plus jeunes à risque de violence doivent être identifiés avant de prendre une vie ou de perdre la leur et d’être mis en contact avec des mentors qui peuvent les aider à désamorcer les conflits.

Même les pratiques les plus axées sur les données, telles que le plan de la Nouvelle-Orléans visant à identifier les membres des gangs en vue d’une intervention fondée sur des arrestations et des saisies d’armes antérieures, sont plus finement ciblées que la plupart des politiques mises en place. Les jeunes hommes à risque peuvent être identifiés par un algorithme, mais ils doivent être désarmés un par un, personnellement – pas en masse comme s’ils étaient tous interchangeables. Une réduction du nombre de décès par arme à feu est plus susceptible de provenir de la réduction du champ d’action du contrôle des armes à des cibles précises et de l’élargissement de ces solutions autant que possible. Nous sauvons des vies en mettant l’accent sur diverses tactiques pour protéger les différents types de victimes potentielles et en réformant les tueurs potentiels, et non pas sur des interdictions radicales axées sur les armes à feu elles-mêmes.

Source : The Washington Post

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s