On vit une époque formidable

Raquel Garrido, le Chewbacca de l’insoumission, réfutait ce mardi 10 octobre les allégations du Canard Enchaîné dans un article révélant qu’elle ne s’était pas acquittée des cotisations sociales dues à l’URSSAF (acronyme de Union des Républiques Socialistes Soviétiques Anciennement France), ainsi que celles dues à la CNBF, la caisse de retraite des avocats. Les montants cumulés, on arrive quand même à une dette de 38.238€ ! Bien évidemment, l’intéressée s’est défendue en arguant qu’il s’agissait de bêtises et de mensonges, que les informations du journal étaient fausses pour certaines, et caduques pour les autres. Avouer que tout cela était vrai aurait été pour le moins gênant, s’agissant de la nouvelle pasionaria de la vrauche.

Quand on a pour profession de défendre le pauvre et l’opprimé, ça fait désordre. Surtout que la belle armure immaculée de chevalier du prolétariat a déjà été entachée par la révélation par la presse que le couple Garrido-Corbière occupe un logement HLM, F4 de 80 m² dans le XIIème arrondissement de Paris depuis 2003, pour la modique somme de 1.200 €, alors qu’elle est avocate spécialisée dans le droit de la presse, et que lui à l’époque était Premier adjoint au maire de cet arrondissement et percevait à l’époque 4.571,84 € mensuels à titre d’indemnité pour cette fonction. Bref, un couple de de pauvres miséreux.

Depuis, en dépit de la nouvelle réglementation de la Régie Immobilière de la Ville de Paris, prise en 2009 et par laquelle elle décidait de reprendre tous les logements sociaux attribués à des politiques, élus ou ministres, le couple est toujours dans ses murs. Fait d’autant plus scandaleux qu’Alexis Corbière est, depuis les dernières élections législatives, devenu député, c’est à dire qu’il perçoit chaque mois une indemnité parlementaire de 5.782,66 € net, à laquelle il convient d’ajouter 5.372,80 € nets au titre des frais de mandat et de secrétariat. Pour les élus qui entament leur premier mandat, ce qui est le cas du petit Alexis, ils perçoivent une dotation de 15.500 € destinée à leur permettre d’acheter du matériel informatique et de communication. Les frais de téléphonie sont indemnisés à hauteur de 4.200 € annuels, quant au courrier il est indemnisé à hauteur de 12.000 € annuels, dotation qui recouvre les dépenses d’affranchissement de courrier postal, les prestations de distribution de plis en nombre et d’envois électroniques. À tout ceci, s’ajoutent les revenus de l’activité d’avocat de Raquel Garrido estimés à près de 300.000 € imposables, plus 7.200 € perçus pour sa prestation de chroniqueuse dans l’émission télévisée de Thierry Ardisson sur la chaîne C8 « Les terriens du dimanche ! ».

Coup de théâtre, dans un article publié aujourd’hui par Le Nouvel Observateur, la nouvelle damnée de la terre reconnaît que les rappels de l’URSSAF et de la CNBF sont liés au fait qu’elle n’a pas déclaré ses revenus au fisc en 2016. Mais il y a une explication à ce manquement. Non, rassurez-vous, elle n’a pas été frappée par une crise soudaine de phobie administrative. Non, elle a tout simplement oublié de les déclarer parce qu’elle a été accaparée par la campagne électorale de l’élection la présidentielle : « Les avocats doivent déclarer leurs revenus aux organismes professionnels chaque année, vers avril-mai […] Cette année, il y avait un événement majeur de la vie démocratique de notre pays qui se déroulait à ce moment-là qui a capté toute mon attention… » Ce qui tendrait à prouver que quelque soit leur bord politique, ces gens se foutent de notre poire avec une certaine décontraction.

Pendant ce temps-là, des familles attendent depuis des années, inscrits sur une liste interminable, d’avoir la chance d’avoir enfin accès à un logement. Mais visiblement, cela ne semble pas choquer grand monde du côté des insoumis. En juin de cette année la RIVP envoie au couple un courrier recommandé dans lequel il leur est demandé de quitter les lieux le plus rapidement possible. Aucune réponse, ce qui oblige la régie à recourir aux services d’un huissier de justice afin que la mise en demeure leur soit signifiée. «C’est du jamais vu. Envoyer un huissier, nous n’avions jamais fait cela auparavant avec des élus. […] Nous n’avons reçu ni lettre de courtoisie ni préavis de départ.» assure-t-on du côté du bailleur social. À tel point que l’on envisage de recourir à nouveau aux services d’un huissier s’il n’y a pas d’évolution du dossier. En juin, à la suite de la réception de la première lettre, et parce que cela s’était ébruité, le rebelle des bacs à sable avait déclaré : «C’est compliqué de trouver en deux semaines, mais oui, je vais habiter dans ma circonscription. Est-ce que ça aura lieu dans trois, quatre ou cinq mois, je ne peux pas vous dire». Nous sommes quand même au delà des trois mois passés depuis l’envoi de la première missive. Depuis, la polémique ayant enflé, il ajoute : «Cette lettre n’appelait aucune réponse et il faudrait peut-être que je trouve un logement d’abord. Depuis des mois, mon honneur est sali, j’ai dit à la presse que j’allais quitter ce logement. Je vais le faire. Je suis en train de chercher un logement, mais avec une famille de trois enfants, ça ne se fait pas en claquant des doigts.»

En fait, j’en viens à croire que leur insoumission se limite aux règles applicables au commun des mortels. Qui sommes-nous, pauvres insectes, pour nous permettre de juger ces hommes et ces femmes admirables, de haute moralité ? Comment pouvons-nous espérer comprendre leurs actes ?

Les vrais pauvres apprécieront.

4 réflexions sur “On vit une époque formidable

  1. Le simple fait d’en parler est déjà critiquable. Méfiez-vous, un contrôle fiscal est vite gagné !
    Melenchon ne devrait pas tarder à déposer une proposition de loi qui interdira de salir « les insoumis » en publiant la vérité.
    Quant on songe à tous ces élus on hésite entre le dégoût et la colère.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s