Qui va oser regarder le miroir ?

7304007_gdffffffffffffff_1000x625

Je lis, ici et là, l’indignation suscitée par le traitement administratif du terroriste qui a pris la vie de deux jeunes femmes à Marseille. Et effectivement, il y a de quoi s’indigner. Seulement voilà, quand on évolue dans une soi-disant démocratie qui s’enorgueillit de son bel état de droit, et bien avant de hurler au scandale, il faut d’abord commencer par faire son examen de conscience.

Oui, j’ose le dire sans la moindre honte, si dans un souci de vérité vous recherchez un coupable, regardez simplement dans un miroir. Oh bien sûr, vous ne portez pas l’entière responsabilité de ce lamentable gâchis qu’est devenu notre système judiciaire, mais vous y avez collectivement participé. C’est d’ailleurs là une des nombreuses perversions de cette démocratie tant idolâtrée, que de diluer la responsabilité dans le nombre. Quand le troupeau se déplace tous les cinq ans pour élire celui qui aura les privilège de tondre les moutons, de se foutre de leur poire, et qu’il fait le choix d’un incapable ou d’un salopard qui a un agenda idéologique précis, qui doit être blâmé ? Celui qui a été élu et qui a mis en oeuvre tout ou partie de son programme, ou ceux qui l’ont porté à la magistrature suprême ?

Car quoi, c’est bien au début de l’année 2012 que la loi a été changée et que le législateur, c’est à dire le Parti Socialiste qui disposait de tous les pouvoirs à l’époque, a considéré qu’être un étranger en situation irrégulière ne constituait plus un délit. Et que dire du prédécesseur de François Hollande qui, lorsqu’il était Ministre de l’Intérieur en 2003, aménagea la réglementation de la double peine et qui à force d’exceptions est devenue pratiquement inapplicable ? Et ce dernier une fois élu à la présidence de la république ne se montra pas, dans les faits, à la hauteur des rodomontades de ses discours martiaux. Ces gens-là, ils ont bien été élus, et par qui sinon par vous ?

Être citoyen, c’est une énorme responsabilité qui impose, ou plutôt devrait imposer, une exigence de curiosité de la part de tous ceux qui en sont investis. Le citoyen idéal devrait chercher à s’informer, cultiver ses connaissances en matière politique, avoir des notions d’économie, s’intéresser à la chose militaire, à la diplomatie, aux religions, etc. Or, comme le disait Churchill  » le meilleur argument contre la démocratie est un entretien de cinq minutes avec un électeur moyen « . Qui parmi la meute de tous ceux qui hurlent aujourd’hui savent comment fonctionne la machine administrative et judiciaire qui s’occupe des étrangers en situation irrégulière ?

Lorsqu’un individu en infraction à la législation relative aux étrangers est épinglé à l’occasion d’un contrôle d’identité, il est présenté à un officier de police judiciaire. Ce dernier doit s’assurer de l’identité de l’individu, de son âge, de sa nationalité, puis en informer le Parquet qui, normalement, va demander son placement dans un centre de rétention. Une fois placé dans un centre de rétention administrative (CRA), il appartient au tribunal administratif de statuer et de rendre une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF). Celle-ci sera alors notifiée à l’individu, qui devra alors quitter la France. Voilà, ça c’est la théorie, ce qui est écrit dans les textes. Combien d’électeurs savent cela ?

Maintenant, passons à ce qui se passe en vrai sur le terrain. Déjà, les policiers qui l’ont épinglé pourront s’estimer chanceux si l’interpellation n’a pas donné lieu à un mouvement de foule hostile aux policiers qui arrêtent un pôv’ malheureux d’étranger. Ensuite, compte tenu que la rédaction de la paperasse prend environ trois heures, si vous arrivez après plusieurs autres collègues qui ont fait bonne pêche, vous pouvez être certain que votre gazier sera dehors avant d’avoir eu le temps de prononcer  » alakazam « . Allez, mettons que vous avez du pot, il faut encore qu’il y ait de la place dans le CRA du secteur, faute de quoi, bonjour la liberté. Décidément, vous avez une chance de cocu, il y a de la place, il est donc logé. Seulement voilà, les textes prévoient qu’il ne peut pas y rester plus de 45 jours. Si la juridiction administrative n’a pas rendu son OQTF dans ce délai, ouvrez, ouvrez la cage aux immigrés. Et c’est souvent le cas, l’OQTF arrive au CRA alors que le gus a été relâché depuis plus de trois mois. Et même si tout s’est parfaitement déroulé selon un timing idéal, votre clandestin a 30 jours pour quitter le pays. En clair, il va prendre votre torchon de papier et rejoindre la clandestinité à nouveau.

Tout cela n’est pas arrivé du jour au lendemain, comme par magie. C’est le lent travail de sape qui a été réalisé par les individus que vous avez portés aux pouvoir. Ils ne se sont pas cachés pour mettre tout cela en oeuvre, ils en ont parlé dans leurs discours, les textes ont été discutés à l’Assemblée et au Sénat, les journaux ont relaté les travaux parlementeurs. Vous ne pouvez pas dire que vous ne pouviez pas savoir, tout a été parfaitement public, il suffisait juste de chercher à s’intéresser, à savoir. Et c’est parce que la majorité a préféré vaquer à ses occupations, s’abrutir devant les imbécillités idiotvisuelles, croire les billevesées racontées par des politiciens de rencontre plutôt que de regarder la réalité en face, de chercher à comprendre ce qui était en train de se mettre en place, que deux jeunes femmes ont été rayées de la liste des vivants.

12 réflexions sur “Qui va oser regarder le miroir ?

  1. On en est à près de 300 morts en un peu moins de 3 ans, tous assassinés par des « Français de papier » du genre de Mohammed Merah – un cas soc’ dont le père était déjà trafiquant de drogue – ou tout simplement par des Arabes pur jus venus ici pour faire du tourisme social et accessoirement occire le plus de kouffars possible. C’est le début de « la guerre d’Algérie en plus grand et à domicile », pour paraphraser Franck Boizard; mais voilà, une grande partie de nos contemporains restent toujours aussi cons; certains sont « nés en France », vous comprenez, ce sont donc des « Français comme vous et moi ».

    J’ai entendu en début de semaine un ex-grand flic déclarer sur Radio Classique (j’ai définitivement coupé la télé en 2001, et France-Inter en 2012) qu’il conviendrait d’expulser systématiquement les fauteurs de trouble étrangers. On peut supposer à bon droit qu’il n’aurait jamais pu faire ce genre de déclarations du temps où il était encore en activité.

    La route est encore longue.

    J'aime

    • Pour ma part, ma religion est faite, j’en reste à la sortie de Richard Millet chez Taddéï :  » Un Français ne peut pas s’appeler Mohamed.  » Clair, net, précis. Je n’ai rien contre les arabes, les chrétiens d’orient ne me dérangent pas, je compte d’ailleurs quelques amis parmi les Chrétiens du Liban, de Syrie et d’Irak. Ce sont des gens civilisés, souvent très cultivés, qui n’ont aucun souci pour faire leur place en Occident. C’en est au point que l’on à peine à croire qu’ils puissent partager la même origine ethnique que les sauvages qui polluent notre espace vital de leur inopportune présence.

      J'aime

      • Eh bien, nous sommes d’accord. Du reste, c’est souvent le cas et je salue de nouveau votre retour parmi nous, Amiral.
        Note: votre page Facebook est très bien.

        J'aime

        • Ravi que ma page Facebook vous plaise. Cependant, je subis une suspension de compte pour avoir enfreint les standards moraux du réseau social. C’est sidérant de connerie.
          Il y a maintenant 6 ou 7 jours, j’ai fait un petit post ayant pour sujet le « spectacle » de Jan Fabre « Mount Olympus » durant lequel, pendant 24 heures, 27 types jouent avec leur bite sur scène, se fist-fuckent, etc. Pour illustrer mon propos je mets un lien vers un article laudateur, évidemment, de Libération, délicatement intitulé « Du bois bien bandé ». Comme de juste, l’article est illustré par une photo qui ne laisse planer aucun doute sur la nature « artistique » du spectacle. Et le cliché apparaît sur mon mur. Je ne suis responsable de rien, je n’ai pas pris la photo, je n’ai rien fait pour qu’elle s’affiche, je ne peut pas empêcher son apparition puisque le lien est créé par le journal. Et c’est moi qui écope de la sanction. Le compte de Libé n’a pas eu une seule minute de suspension.

          J'aime

          • J’ai découvert grâce à la « réacosphère » un film américain très amusant, mais terrifiant en même temps: Idiocracy. Un Américain moyen se retrouve 500 ans dans un futur où le QI du vulgus pecus est tombé en dessous de 60, et où les gens se pressent pour assister aux spectacles les plus vulgaires et voir les plus capables se faire massacrer en direct dans des jeux télévisés aux allures de jeux du cirque. Je ne suis pas sûr que nous ayons encore un demi-millénaire à attendre. Le monde contemporain est déjà, comme vous le dites, sidérant de connerie.

            J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s