La déchéance, et pas que de la nationalité

Ah le bel épisode que celui de la discussion autour de la déchéance de nationalité des terroristes binationaux ! Qu’est-ce qu’on se marre. Déjà, il faudrait arriver à en attraper qui soient encore en vie. Ce qui semble on ne peut plus difficile puisqu’une partie a résolu de se faire exploser au milieu de leurs victimes, quant au reste, ils ont visiblement fait le choix de mourir les armes à la main. Du coup, mourir français ou étranger, la belle affaire puisque l’important est de mourir en emportant le plus d’infidèles que possible. Oui, mais il paraît que ce serait une affaire de symbole. Mais pour qui ? Car après tout, ceux qui partent en Syrie pour se battre dans les rangs d’une armée terroriste, ils ont fait le choix de renier la France, si tant est qu’ils se soient jamais sentis Français. On peut donc s’attendre à ce que cette mesure ne leur fasse ni chaud ni froid. Ce serait donc un symbole pour les Français. Oui, mais est-ce que c’est ce qui leur importe, tout au moins en premier lieu ? Je pense que non. Si j’en crois les discussions entendues ces derniers jours dans les rues, les commerces, le citoyen lambda aimerait bien ne pas se sentir oppressé lorsqu’il se rend dans un lieu public. Il aimerait bien que les frontières soient rétablies, que l’on cesse d’accueillir sans le moindre discernement des migrants dont la conduite dans les pays voisins n’engage guère à la tolérance et à l’ouverture à l’autre. Enfin, il aurait aimé que les mesures qui s’imposaient aient été prises après les attentats de janvier, ce qui aurait sans doute permis d’éviter ceux, plus sanglants, de novembre.

Mais revenons au domaine politique. Le massacre du Bataclan a obligé le gouvernement à prendre des mesures fortes. Renforcement du dispositif Vigipirate, état d’urgence, perquisitions à tout va, parfois en ordre dispersé, assignations à résidence à la va comme je te pousse. Du coup, on phosphore sec au gouvernement, et pour marquer les esprits on décide de la réunion du Congrès. Nous sommes à 22 mois des présidentielles de 2017. Impossible de passer pour des niais incapables de réagir, on décide donc de montrer qu’on en a dans le calbar et on pioche dans les propositions de la droite et de l’extrême droite. On va voir ce qu’on va voir, non mais ! On va leur foutre sur la gueule aux barbus, c’est décidé, le Charles de Gaulle va partir fissa renforcer le dispositif déjà sur place, dont on se demande bien quels ont été ses résultats, et là, parole d’homme (rires), ça va chier dans l’ventilo ! On va oublier tout ce que l’on a pu dire sur Bachar al Hassad et Poutine, ce sont nos potes maintenant, on va marcher avec eux, la main dans la main, pour aller bouter le salafiste hors de Syrie et d’Irak. On va coopérer avec nos voisins, échanger nos informations, croiser les fichiers, et fermer nos frontières. Côté Europe, on va exiger l’adoption du fichier PNR, quitte à dire merde aux écolos et autres gauchos qui bloquaient le vote jusqu’à présent. Et enfin, on va déchoir de la nationalité française tous les binationaux qui auront été convaincus d’ourdir ou d’avoir commis des actes terroristes.

Et voilà le cirque qui commence. Tout ce que la gauche recèle de crapules, d’abrutis, de salopards, monte tout de suite au créneau. On hurle au scandale, à la trahison des idéaux de la gauche. Chacun y va de sa petite indignation. Les médias, sentant la bonne affaire, invitent les contestataires à exprimer leur colère devant les micros. Le festival de la connerie bat son plein. Nous connaissions le traditionnel clivage droite/gauche, celui, plus exotique, opposant la gauche de gouvernement aux frondeurs, voilà maintenant celui qui oppose la gauche de gouvernement à la gauche humaniste et généreuse jusqu’à la connerie. Brassens voulait bien mourir pour des idées, mais de mort lente. Là, on peine à trouver la moindre idée dans le salmigondis d’âneries débitées au kilomètre. Mais bon,  c’est leur affaire après tout. Et comme le ridicule ne tue plus depuis longtemps, le barnum peut bien continuer.

Et le barnum continue. Cerise sur le gâteau, le Garde des Sceaux, s’exprime sur les ondes de la radio algérienne, non pas pour donner son avis sur cette mesure, ce qui serait déjà une faute lourde, mais pour annoncer que le Président de la république va renoncer à cette mesure, expliquant de surcroît à une nation qui a toujours rejeté le droit du sol, que ce dernier ne saurait être remis en question. Là, nous dépassons la faute lourde de plus de cent coudées. Non seulement elle usurpe la parole présidentielle, mais elle le fait depuis l’étranger, sur une chaîne étrangère, visiblement sans avoir reçu la moindre autorisation de qui que ce soit pour le faire. On se souviendra que le mou Jean-Marc Ayrault avait, en son temps, viré une ministre dont l’indiscipline notoire avait dépassé les bornes. Là, Manolito les castagnettes, qui ne perd pourtant jamais une occasion de rappeler qu’il est le patron, à grand renfort de coups de menton mussoliniens, ne moufte pas. Le rossignol de Cayenne peut chanter faux, pas de problème, elle reste au gouvernement. Bien sûr, le démenti arrive illico, mais le mal est fait, la division est maintenant visible dans le gouvernement de la république une et visiblement divisible.

Et voilà, à force le bruit de fond est devenu un peu plus fort, la grogne s’amplifie, gagne un peu de terrain, même à droite puisque Bernard Debré, NKM, Jean-Frédéric Poisson, Benoît Apparu, Patrick Devedjian, Jean-Luc Laurent, Hervé Mariton, Jean-Pierre Grand, Jean-Jacques Guillet, et quelques autres UDI ont pris position aux côtés de la fronde. Obtenir la majorité des 3/5èmes du Congrès se révèle plus difficile que prévu. Le camp des saints, euh non, des opposants semble un poil plus fourni que celui des pour, il va donc falloir convaincre le quarteron des indécis, qui ont certainement bien fait de ne pas se prononcer ouvertement pour un des deux camps. Une voix, ça se monnaie. Alors, comme il faut bien tenter de gagner du terrain on met les cerveaux (rires) à contribution, et voilà une idée qu’elle est géniale qui fait son apparition : et si on faisait de la déchéance nationale pour tous ! Du coup, Français, binationaux, trinationaux (oui, il y en a), nous serions tous égaux devant la déchéance et la sacro-sainte isonomie serait sauve, et du même coup les belles valeurs de la république que le monde entier nous envie.

Voilà quelques semaines que l’on cause, qu’on tourne et retourne le sujet dans tous les sens, sans pour autant avancer d’un poil. Car la vraie question à poser c’est « à quoi ça sert ? » Mais personne ne s’avise à la poser, car la réponse est évidente : à rien. Le débat politique a des allures de farce à l’italienne. Après la question de la déchéance de la nationalité, celle qui devrait être posée serait plutôt celle de la déchéance des droits civiques de tous ces guignols qui font passer notre pays pour un asile d’aliénés. Un binational privé de la nationalité française aura-t’il plus de difficultés pour rentrer à nouveau dans notre pays ? Quand on voit avec quelle facilité les Abaaoud, Abdeslam, et autres raclures peuvent aller et venir entre l’Europe et la Syrie ou l’irak, avec quelle aisance ils peuvent parcourir l’Europe pour aller chercher des ordres ou des complices, on est en droit de se demander si on est pas en train de se foutre de nos poires.

La solution est pourtant simple. Tous ceux qui sont arrêtés alors qu’ils se préparaient à commettre un attentat, tous ceux qui ont aidé de quelque manière que ce soit à la préparation, doivent être très lourdement condamnés, et la condamnation assortie d’une peine de relégation en réactivant la loi du 27 mai 1885. Il faut en finir une fois pour toute avec le mythe de la rédemption, ces individus sont irrécupérables. ils ont choisi leur camp, le gouvernement quant à lui a le devoir de protéger la société de ceux-ci. Pour ce faire, la France ne manque pas de territoires lointains, plus ou moins agréables, où les installer pour les oublier à jamais. Il ne s’agit pas de recréer un bagne, mais des installations pénitentiaires dans un endroit difficilement accessible où ils pourront être regroupés pour purger leur peine, et une fois celle-ci accomplie, y terminer leur vie. Les îles Kerguelen seraient parfaites pour cela. Oui, je sais, on va m’objecter que ce serait une punition bien sévère, mais qui a dit que cela devait être agréable ?

Publicités

10 réflexions sur “La déchéance, et pas que de la nationalité

  1. La déchéance nationale pour tous est une connerie égalitariste.

    Outre que certaines doubles appartenances ne sont pas incompatibles, cette mesure doit viser les criminels, les fauteurs de troubles et ceux qui – de manière évidente – ne considèrent pas la France comme leur pays. On pourrait alors commencer par les membres de ce « gouvernement » franco-marocains, franco-israéliens…

    J'aime

  2. « … ce serait une punition bien sévère… » Les punitions devraient-elles obligatoirement être douces? Le problème résiderait surtout en ce que ladite punition s’appliquerait aux seuls exécutants et non aux véritables commanditaires qui malheureusement disposent d’un inépuisable réservoir d’exécutants potentiels. Dès lors, pour atteindre l’objectif souhaité, la démarche devrait s’accommoder d’un volet de sanctions envers les commanditaires. Et là, ça devient évidemment plus compliqué.
    Qui a procédé au montage de l’État Islamique…..? Et qui le maintient en vie…? Bien,…exactement, … ce sont eux… Mais comment faire pour les sanctionner ? Une solution serait peut-être de cloner Vladimir Poutine…

    J'aime

  3. Je lis tous vos posts avec beaucoup de plaisir, vous exprimez toujours mieux que moi ce que la plupart pensent et espèrent d’un gouvernement digne de ce nom ! Je dépose donc celui-ci, comme je l’ai fait avec d’autres de vos textes, sur mon blog, il tournera 🙂 merci encore.

    J'aime

  4. Parfait les Kerguelen, je l’avais également suggéré dans le temps et pas seulement pour les muz fanatiques assassins, aussi pour tous les multi-récidivistes qui nous pourrissent la vie…il est vrai que ça risque de se révéler trop petit les Kerguelen…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s