Bonne année, mon cul !

Il n’y a aucune raison pour que 2016 soit un meilleur cru que que 2015.

Comme l’an dernier nous allons devoir supporter les leçons de vivrensemble de trouducs qui ne sont même pas capables d’accueillir les gamins à venir qu’ils confient fissa aux salopes du Planning Familial et aux ordures qui foulent quotidiennement le serment d’Hippocrate qu’ils ont pourtant juré de respecter. Pour eux vivrensemble ça n’a jamais signifié accueillir l’enfant qui va chambouler leur petite routine égoïste de jouisseur moyen, partagée entre le carriérisme et les treks au Népal. Non, bien sûr, vivrensemble c’est s’ouvrir aux cultures du monde, mais de loin, depuis son appart’ du centre-ville, loin de la crasse de la mixité sociale qu’il convient d’imposer au vulgum pecus. D’ailleurs, cette année, petite nouveauté, on a décidé en haut lieu que les brelots de province devraient en accueillir dans leurs villages, sans avoir le droit de donner leur avis. Autre nouveauté, les communes qui ont fait le choix d’écouter leurs administrés en ne respectant pas le diktat des quotas de logements sociaux se voient imposer par l’Etat la construction de ces dits logements afin que tous puissent goûter aux joies frelatées de la mixité ethnique, euh je veux dire sociale.

Comme l’an dernier nous allons devoir supporter le blabla sur la beauté du métissage et le respect de la diversité, sans oublier les sacro-saintes valeurs de la république, sans que quiconque ne soit fichu de nous en faire la liste. Un jour il faudra bien que quelqu’un se dévoue pour leur expliquer qu’il va leur falloir faire un choix. C’est soi l’un, soi l’autre. Entendons-nous bien, le respect de la diversité ça ne concerne que les Ouïgours, les Aborigènes, les Inuits, les Yawalapitis et autres peuples exotiques ou plus prosaïquement outre-méditerranéens. Le français de souche, ce salaud colonialiste, raciste, esclavagiste, exploiteur de la misère du monde, lui il doit se dissoudre, disparaître pour expier ses supposées fautes. 147 personnes sont mortes cette année, assassinées par les sicaires de l’islam combattant, mais on va nous répéter jusqu’à la nausée qu’il ne faut pas faire d’amalgame, que c’est pas ça l’islam (comme s’ils étaient docteurs de la foi), qu’il ne faut pas stigmatiser. Pourtant on attend encore la manifestation des musulmans modérés (rires) qui entendent montrer qu’ils dénoncent ces actes et se désolidarisent. Comme on attend la manifestation des habitants des cités dénonçant la voyoucratie locale. Je crois que nous n’avons pas fini d’attendre, et que finalement ce sont encore nos amis Corses qui sont les moins cons.

Et puis il va y avoir cette interminable pré-campagne électorale présidentielle, où tout ce qui se compte comme présidentiable va venir nous beurrer la raie avec ses idées prétendument originales, décalées, pertinentes. Il y aura les sempiternelles alertes au populisme. Parce que bande de crétins, tout ce qui n’est pas alambiqué, complexe, estampillé Sciences Pipo ou ENA c’est dangereux. Des fois que le peuple, cette masse d’abrutis, finisse par se rendre compte que la solution d’un problème ne passe pas nécessairement par la technocratie, qu’on peut sortir de l’euro sans que l’apocalypse ne survienne. De vieux chevaux de retour comme Juppé, perdreau de l’année aux 70 printemps, vont venir nous expliquer qu’ils sont le recours, en dépit du fait qu’ils aient pu tout foirer précédemment, avec une belle constance. Nous aurons également droit aux fulgurances de Méchancon, l’Hugo Chavez de l’Essonne, qui ne sait sans doute pas que le mur est tombé. Et il y aura la valse des petits candidats à la con, écolos, troskos, etc., qui iront, chacun leur tour, de leur petit discours histoire de se rappeler à notre bon souvenir. Dupont-gnangnan, avec son magnifique ego surdimensionné, viendra nous seriner qu’il est l’espoir de la nation, en dépit de la barre des 4% qu’il peine habituellement à dépasser. Bref, les pénibles ne maqueront pas, comme les raisons d’éteindre la machine à abrutir.

Sur le plan culturel nous aurons droit, une fois encore à Versailles, à l’exposition des si géniâââles œuvres d’un artiste contemporain, poulain d’un galériste copine de cheval de je ne sais quel obscur haut fonctionnaire du ministère. Parce que pour ce qui est de la culture, classique ou moderne, il ne faut pas compter sur le ministre, elle ne lit pas et suit à la lettre les consignes du président :il faut s’extasier devant la moindre merde contemporaine parce que cela se fait dans le microcosme, et puis c’est pas cher, c’est l’Etat qui raque. Les râleurs seront encore une fois accusés d’être des passéistes, des extrémistes  de droite, des tradis coincés du cul,… Quels personnages majeurs de notre histoire seront effacés du programme d’histoire au profit de l’étude des structures de l’empire zoulou et de la culture kalmouke ?

France Télévisions lancera sa nouvelle fiction réaliste, un polar dont le héros est un jeune commissaire divisionnaire muté à Mantes la Jolie pour pacifier la ville dans le respect des lois républicaines et de la diversité. Il fera la rencontre de Yamina, jeune gardien de la paix, tout juste sortie de l’école de police, en butte au machisme de ses collègues. Car la belle est lesbienne et doit donc se cacher à la fois de ses frères, d’immondes barbus à peine plus rétrogrades qu’un intégriste catho, et de certains de ses collègues, car la bête immonde se cache partout, y compris dans les institutions les plus honorables. Ensemble ils vont devoir résoudre une vilaine affaire d’exploitation de sans-papiers dans des ateliers clandestins. Ils découvriront qu’ils appartiennent à un grand patron du CAC 40 qui se sert des bénéfices pour financer des groupes d’extrême-droite. Ça c’est actuel et très vendeur coco !

Sur France Info les terroristes combattants palestiniens continueront de tomber, assassinés par Tsahal, tandis que les soldats israéliens continueront de trouver la mort dans une embuscade des forces de libération de la Palestine opprimée par l’ogre sioniste. Quant aux chrétiens d’orient, ils continueront de mourir, assassinés par les barbus de l’Etat Islamique, dans la plus parfaite des indifférences. Sur France 2 on continuera à nous expliquer que la neige n’est pas tombée, ce qui nous aura épargné la traditionnelle paralysie du pays, comme quoi le réchauffement climatique peut avoir du bon, en revanche, et que les bagnoles ne crament pas la nuit du réveillon du jour de l’an. C’est bien connu, grâce à la célérité des forces de police réduites à la portion congrue, et au zèle de la justice taubiresque dont la rigueur du glaive vengeur n’est plus à démontrer.

Comme chaque année nous devrons nous réjouir de toutes ces belles festivités organisées pour nous divertir ou nous édifier : techno parade, love parade, gay pride, fête de la musique, nuits blanches, Paris plage,… Le paquebot France, emporté par ses dettes, son déficit, son chômage qui continue de grimper avec une constance qui ferait plaisir à voir si ce n’était pas tragique, le tout avec une sacrée putain de classe. Ce qui ne va pas empêcher le teint-teint de l’Elysée de nous expliquer que le pire il est passé, que la crise elle est en train de se terminer, que la France elle va se relever, le tout dans le plus grand respect de la syntaxe française, sans oublier celui des règles de la diction.

Publicités

9 réflexions sur “Bonne année, mon cul !

  1. et je la vois bien comme ça aussi ! exactement comme cette saloperie de 2015, mais peut être qu’elle sera moins pire ( dirait le glandu du palais )parce que toutes les années finissant en 15 c’était la cata, alors en 16, va savoir… j’aurai peut être les numéros du loto….
    bonne Année mon Amiral préféré et à bientôt pour refaire le monde autour d’une bonne bouteille et pleins de copains tous plus réacs les uns que les autres

    J'aime

  2. Une bonne année malgré tout à tous ici, et à ceux qui, comme vous Arnaud, nous informent et nous font réfléchir sur la situation actuelle. Vous n’êtes pas le seul, mais le « savoir écrire » comme vous le possédez, est une chance pour tout ceux qui vous lisent. Année du vivre ensemble, on y a eu droit plus que de coutume hier à minuit à la télé que l’on a regardé par curiosité, les journalistes étaient bien drivés, c’est bien parti !
    Amitiés,

    J'aime

  3. Pingback: Bonne année, mon cul ! | Chroniques désabusées

  4. Formidable ! on va également nous bassiner comme dans les émissions de Jean Jacques Bourdin, chaque jour avec une rubrique : sécurité routière, prix des cigarettes, fête des Grands mères, ski, vacances, plage , grève, faillite, Pâques euh non, plutôt le Ramadan plus consensuel et fédérateur… Bref on a remis la cassette en route pour 365 jours ! Bonne année à nous journalistes vendus et hectoplasmiques

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s