Les heures les plus sombres de notre histoire

Puisqu’il apparaît que la France est sortie, après le second tour des régionales, victorieuse du fascisme qui la menaçait, voici un petit rappel, non exhaustif, du passé d’un parti antifasciste (et de ses amis) qui voit la bête immonde partout, surtout où elle ne se niche pas.

Marques_Riviere,_Jean

Jean-Marie RIVIERE, membre de la Grande Loge de France,

entre au ministère de la justice du gouvernement de Vichy et met en fiches tous les francs-maçons.

Marcel_Peyrouton

Marcel PEYROUTON, Franc-maçon, membre de la loge parisienne « Action », Ministre de l’Intérieur du gouvernement de Vichy,

un des signataires de la loi sur le statut des juifs.

jean_mamy

Jean MAMY (dit Paul Riche), Vénérable de la loge « Ernest Renan » du Grand Orient de France,

Partisan affiché de la Collaboration dès 1940. Rédacteur à L’Appel

Angelo_Tasca

Angelo TASCA (père de Catherine Tasca), un des fondateurs du parti Communiste italien. Se réfugie à Paris et adhère à la SFIO en 1934. Devient haut fonctionnaire du gouvernement de Vichy, en charge de la propagande de la Révolution Nationale.

chichery

Albert CHICHERY, député radical-socialiste,

Ministre du Commerce et de l’Industrie en 1940. Membre du Conseil national.

bonnafous

Max BONNAFOUS, militant socialiste,

Secrétaire d’Etat à l’Agriculture et au Ravitaillement (gouvernement Laval).

belin

René BELIN, Secrétaire général adjoint de la CGT, Ministre du Travail du maréchal Pétain.

Un des signataires de la loi sur le statut des Juifs du 3 octobre 1940.

barthélémy

Georges BARTHELEMY, homme politique socialiste, collabo dès 1940.

laval

Pierre Laval, homme politique socialiste, collabo dès 1940.

marquet

Adrien MARQUET, homme politique socialiste, collabo dès 1940.

planche

Camille PLANCHE, homme politique socialiste et européiste, collabo.

déat

Marcel DEAT, universitaire socialiste, collabo dès 1940.

albertini

Georges ALBERTINI, homme politique socialiste, collabo, il vota l’abolition de la IIIè République.

Dans un autre registre, mineur si j’ose dire :

Jules MOCH

Le socialiste Jules MOCH fit tirer sur les mineurs-grévistes en 1948.

Publicités

42 réflexions sur “Les heures les plus sombres de notre histoire

  1. D’accord, mais ne pourriez-vous pas indiquer les personnalités de droite qui ont travaillé pour Pétain? Quelques exemples ne font pas une généralité, a-t-on des statistiques pour tous les députés? Je n’ai pas vu Mitterrand dans votre liste, pourquoi? Il a une importance gigantesque pour aujourd’hui. Il est possible qu’il ait pourri la gauche. Et aujourd’hui, vous trouvez que la droite se comporte mieux que la gauche?

    J'aime

    • Sur le sujet, les livres les plus importants sont ceux de l’historien israélien Zeev Sternhell. Il montre que la genèse du gouvernement de Vichy est inscrite dans l’histoire de la république française. A ce titre, il était donc normal que ce soient les gens issus de la gauche qui soient le majoritairement représentés. De fait, sur les 21 membres de ce gouvernement, 17 venaient de la SFIO, des radicaux de gauche, etc.

      Quant à ce billet, il s’agit d’un pied de nez aux sbires de ceux qui nous gouvernent, ainsi qu’à ces derniers, qui ne cessent de fustiger les gens véritablement de droite en les faisant passer pour des fascistes, alors que cette idéologie est morte, et bien morte, en 1945. D’ailleurs Lionel Jospin l’a reconnu dans une entrevue radiophonique, en précisant que le fatras de l’antifascisme avait été rien de moins qu’une farce, une bouffonnerie destinée à bloquer la droite par la sidération. Y mettre des hommes de droite n’aurait pas eu grand sens, d’autant qu’ils ont été rares. D’ailleurs les premiers faits de résistance ont été le fait des royalistes, d’hommes des divers partis ancrés à droite, sans oublier les catholiques. Pendant ce temps-là, les socialistes d’alors collaboraient et les communistes après avoir appelés à la fraternisation avec les soldats allemands, ils négociaient la réimpression de leur journal.

      Sur Mitterrand, je ne l’ai pas mis, pas plus que Bousquet d’ailleurs, parce que leurs cas sont connus. Quant au fait qu’il aurait pourri la gauche socialiste, je doute, après tout, elle l’a choisi pour chef, personne ne l’y a poussée. Sur son action, il convient de comprendre que le socialisme français, comme le communisme d’ailleurs, était le seul parti européen de cette couleur à ne pas avoir remisé aux oubliettes les vieilles lunes marxistes, alors qu’en Italie par exemple, cela avait eu lieu dès les années 60. On pourrait estimer qu’il l’a modernisée plus qu’il ne l’a pourrie, et si il y a cette impression, c’est parcqu’il y a encore au sein de ce parti des hommes qui refusent d’évoluer politiquement et intellectuellement.

      Enfin, je ne sais pas si la droite se comporte mieux que la gauche. Tout d’abord parce que je peine à voir un parti de droite dans le panel actuel. Ensuite parce que la médiocrité des personnels est la chose la mieux répartie dans les partis en lice.

      J'aime

  2. La réalité de Vichy étant bien plus nuancée et complexe que la vision habituelle ne le dit (même sur les Juifs), je ne porterai pas de jugement trop définitif sur ces hommes et leurs motivations en des temps bien difficiles.

    Par contre, il y eut du côté Zone Occupée bien des gens de gauche qui adhérèrent au National Socialisme et y participèrent.

    J'aime

    • Ah mais je ne juge pas. Je ne suis pas un moraliste obsessionnel comme les belles âmes qui nous gouvernent. Je suis même certain que bon nombre des collaborateurs ont cru faire au mieux afin de préserver la patrie du pire. Il n’y a que les manichéens pour croire que tout est blanc ou noir, sans la moindre nuance.

      J'aime

      • le plus grand regret des gauchistes, c’est que le communisme n’ait jamais vraiment « pris » en europe de l’ouest comme il l’avait fait a l’est Le communisme est pourtant lui aussi un totalitarisme génocidaire mais comme il n’a aucune base raciste racialiste ou meme nationaliste identitaire (au contraire le communisme soviétique voulait dissoudre les peuples russes géorgiens arméniens ukrainiens baltes etc dans un vaste ensemble unifié) on considère généralement que le communisme n’est qu’ un point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale (d’autant plus que le communisme a vaincu militairement le nazisme ainsi il a pu acquérir un certain prestige auprès du peuple et des élites occidentales meme si en étudiant sérieusement la question ce sont plutot le climat et l’entetement d’hitler, il n’avait pas prévu de plan B en cas de coup dur, qui sont responsable de la débacle de la werhmacht en union soviétique, sans oublier le fait que le communisme a été vaincu économiquement par le capitalisme-sans guerre ni trop de violences- et surtout qu’il n’a jamais pris vraiment le pouvoir sous nos latitudes, ce qui permet au gauchiste d’entretenir la légende des gentilles colombes rouges victimes du grand méchant loup américano-capitaliste)

        J'aime

  3. Excellent! Toutefois je ne sais pas si ce brave Jules Moch, celui qui portait si bien son nom, le pauvre, mérite de figurer dans votre tableau de chasse, non seulement il n’a pas collaboré (d’accord avec sa tronche il aurait eu du mal) mais encore il a fait ce qu’il fallait pour le redressement du pays. Pour une fois qu’un Socialo fait passer l’intérêt supérieur de la Nation au dessus de son catéchisme partisan…

    J'aime

      • si on considère que les communistes ne sont en fait que des socialos purs et durs, tout rentre dans l’ordre D’autant plus que le socialisme contrairement a la légende n’a jamais été le parti du peuple qui votait majoritairement a droite au 19 ème, a l’extrème gauche pendant la majeure partie du XX ème et maintenant a la droite de la droite selon la définition officielle que fournit le « mainstream » Le socialisme a toujours été le mouvement des classes moyennes éduquées des fonctionnaires des citadins On ne se refait pas (la plupart des agriculteurs et autres habitants des campagnes et des petites villes meme si ils sont pauvres n’ont jamais été tentés et ne le seront jamais par le vote socialaud, c’est l’OPA du mitteux sur les cocos qui a fait croire que gauche = peuple) Ce n’est pas parce que l’on se dit populaire qu’on l’est vraiment

        J'aime

        • Tout à fait d’accord. Il suffit de considérer la sociologie de l’appareil politique de la SFIO, que de petit bourgeois et du fonctionnaire, comme aujourd’hui en somme. La permanence, c’est quand même une belle chose 😀

          J'aime

  4. Je ne vois pas bien l’intérêt de préciser le statut de franc-maçon.

    Pourquoi ne pas préciser leur religion ou leur orientation sexuel.

    La franc-maçonnerie étant une société humaine elle est représentative de la société c’est à dire qu’il y autant de con en franc-maçonnerie qu’ailleurs.

    C’est comme chez les royalistes ou il y a autant de connards que chez les républicains, les athées, les portugais, les juifs, les geeks etc…

    Après si on parle des HLPSDNH, oui, les premiers collabos furent les communistes (à cause du pacte germano-soviétique) puis les membres de la SFIO et ensuite les fascistes/nazis/totalitaristes français que l’on classe, à tort, à droite et à l’extrême droite alors qu’aussi bien économiquement que socialement ils ont toujours été lus proche de l’extrême gauche et de la gauche.

    Finalement, les « moins callabos » ce furent les patriotes ou les nationalistes dans lesquels on trouve les libéraux et les royalistes (entre autres).

    J'aime

    • « La franc-maçonnerie étant une société humaine elle est représentative de la société c’est à dire qu’il y autant de con en franc-maçonnerie qu’ailleurs. »

      -Il y a – de par l’enseignement haineux et antichrétien de la FM – une proportion de haineux plus forte qu’ailleurs, vu que les FM ne peuvent faire autrement que de se définir négativement par rapport à d’autres.

      « Je ne vois pas bien l’intérêt de préciser le statut de franc-maçon.  »

      -Le même intérêt qui consiste à caractériser l’appartenance à un gang. Cela suffit à qualifier une association de malfaiteurs dans un tribunal.

      « Pourquoi ne pas préciser leur religion ou leur orientation sexuel. »

      -Justement, les FM savaient très bien le faire, l’affaire des fiches suffit à s’en convaincre.

      « C’est comme chez les royalistes ou il y a autant de connards que chez les républicains,  »

      -Disons que, si on connaît les crimes des uns et des autres, ils ne sont pas équivalents ni en qualité, ni en quantité. J’attends toujours par exemple les 150 000 Républicains parisiens génocides par les Vendéens…

      J'aime

      • Il n’y a pas d’enseignement haineux et antichrétien en franc-maçonnerie. Il faut vraiment ne rien connaitre à la franc-maçonnerie pour écrire cela.
        Il y a des prêtres franc-maçons d’ailleurs (beaucoup plus que vous ne le pensez) et le futur franc-maçon choisit le livre sur lequel il prête serment. ce peut être la Bible, le Coran, la Thora, le Livre blanc ou n’importe quel autre livre sacré. La plupart choisissent la Bible.

        Vous voulez qu’on parle des crimes des royalistes durant les centaines d’années de la royauté française ?

        J'aime

        • On ne peut pas être prêtre catholique et franc-maçon à la fois, cela va à l’encontre de plusieurs encycliques. Ce que vous me décrivez, c’est juste un tout petit pan de la franç-maçonnerie, la déiste, on ne peut plus minoritaire dans les faits.

          J'aime

        • On peut en effet parler des « crimes » de la royauté qui pour une bonne part sont des exagérations, pour une autre bonne part, des inventions. On peut aussi parler des 300 000 morts en 6 ans de la révolution « française ».

          Après, on ne peut être – logiquement – prêtre et FM. On ne peut servir deux maitres et les déclarations des différents vénérables suffit à se convaincre du caractère antichrétien de la FM, ce dès le XVIIIème siècle. Ce même si on prend la moins irrespectueuse des obédiences, celle qui est liée à la Grande Loge Unie d’Angleterre. Quant aux autres…

          J'aime

          • La seule vraie faute que l’on pourrait réellement imputer à la monarchie, et encore, elle fut surtout l’oeuvre du général Mélac et du maréchal de Monlac eux-mêmes sous les ordres de Louvois, ce fut le sac du Palatinat en 1688/1689.

            J'aime

      • Il y a même des loges catholiques ou protestantes.

        Le GO et la GLF et leur affilié socialo-étatiste, laïcard forcenés et ripoublicains acharnés ne sont pas représentatif de la franc-maçonnerie.

        Ou alors je peux prendre n’importe taré qui soit aussi royaliste et expliquer que tous les royalistes sont comme lui…

        J'aime

        • Certes il y a moins de loges athées que de déistes, mais en nombre d’adhérents, ce sont les loges athées qui emportent la mise, donc en termes de représentativité c’est bien le GODF et ses affiliés qui tient la tête.

          J'aime

          • Vous connaissez donc le nombre « d’adhérents » à la franc-maçonnerie ?

            Et vous connaissez le nombre « d’adhérents » dans chaque loge et le nombre de loge ?

            Et bien dites donc, vous en connaissez plus que les frères eux mêmes….

            J'aime

          • Les loges publient leur nombre d’adhérents, il suffit donc de fouiner un peu, c’est à la portée de tout le monde. Ainsi, le seul GODF regroupe 47000 membres. Si on y ajoute Le Droit Humain (15700) et la Grande Loge Féminine de France (11700)=, les athées progressistes de ces trois loges sont plus nombreux que l’ensemble des autres obédiences.

            J'aime

          • Ils sont publiés par les obédiences, et je les crois assez honnêtes. D’ailleurs pour avoir une idée du nombre d’adhérents il suffit de regarder les bâtiments qui abritent les sièges, c’est on ne peut plus parlant. Ainsi, celui du GODF, rue Cadet, ressemble à s’y méprendre au siège d’une très grosse entreprise, il se visite d’ailleurs, en partie, et est on ne peut plus luxueux.

            J'aime

      • C’est vrai que sous les différents régimes royaliste Français, la société humaine etait saine, viable et vivable.

        Enfin, à condition d’être bien né ou de ne pas avoir comme suzerain/seigneur un enfoiré de première comme cela est souvent arrivé.

        J'aime

        • Sortez donc des sentiers battus des manuels d’histoire de l’EdNat et lisez donc de vrais livres écrits par des historiens, même de gauche, qui rétablissent la réalité. Dites-vous bien qu’un paysan du 17ème siècle était bien plus libre que vous ne le serez jamais dans une démocratie moderne. Quant aux seigneurs, la majorité de la noblesse était de province, n’allait pas à la cour et prenait soin des gens sous leur protection, il n’était d’ailleurs pas rare qu’ils vivent moins bien que beaucoup de paysans. Ce qui ne les a jamais empêché de se dévouer au peuple comme à la patrie en payant l’impôt du sang.

          Et sur le plan des principes moraux, fondateurs et conducteurs de la société, oui, il n’y a pas photo, la société moderne, imprégnée des principes de la franc-maçonnerie est une société promouvant la mort et l’absence de limites dans bon nombre de domaines.

          J'aime

          • Oui, oui bien sur, c’était formidable, les gens étaient heureux et aucun cas exploités et les « Seigneurs » n’abusaient jamais… C’était tellement bien que ce système ne sait pas effondré sur lui même…

            « Dites-vous bien qu’un paysan du 17ème siècle était bien plus libre que vous ne le serez jamais dans une démocratie moderne.  »

            Je vous l’accorde, cela dépend de quel liberté on parler.

            J'aime

          • Je n’ai jamais dit que tout était parfait, mais demandez-vous donc pourquoi la Bretagne et la Vendée se sont levées majoritairement contre la république naissante, pourquoi des villes comme Lyon et Toulon, pour ne citer que les plus grandes se sont également rebellées. Ce que vous ne voyez pas, parce que l’école républicaine ne vous l’a pas appris, c’est que le sujet était protégé des possibles abus du pouvoir par une foule de corps intermédiaires qui faisaient écran, alors que devant la république, le citoyen est seul et nu.

            J'aime

          • Mais rassurez vous, le système actuel s’écroule aussi sur lui même…

            D’ailleurs je ne suis même pas contre le retour d’un Roi, tant que c’est pas les fins de race actuelles (Comte de Paris ou je ne sais qui) et que le peuple peut le mettre le dehors si nécessaire…

            J'aime

          • L’avis du peuple, on voit ce que cela peut donner. Ça vote Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, ça gueule mais cela redonne le pouvoir aux mêmes syndics de liquidation de la souveraineté nationale. Comme si l’avis d’un manœuvre en bâtiment pouvait valoir celui d’un type qui a fait de longues études (et je ne parle pas de sciences pipeau ou de l’ena), comme si le nombre apportait la moindre once de justesse ou de légitimité. Sous l’Ancien régime, on votait, on votait même beaucoup, les femmes avaient le droit de vote, qui leur sera retiré en 1791 parce que considérées au même rang que les mineurs, mais on respectait le principe de subsidiarité.

            J'aime

          • « Oui, oui bien sur, c’était formidable, les gens étaient heureux et aucun cas exploités et les « Seigneurs » n’abusaient jamais… »

            -Les seigneurs abusaient parfois, mais pas aussi systématiquement que vous ne semblez le croire. Le système fonctionnait en effet si bien que la France est devenu un des pays les plus prospères et les plus avancés d’un continent Européen qui ne manquait pas de prodiges pourtant.

            « C’était tellement bien que ce système ne sait pas effondré sur lui même…  »

            -Le système ne s’est effectivement pas effondré sur lui-même, ce même si il avait besoin d’évoluer, comme toute chose humaine. C’est justement parce que certains bourgeois et nobles en rupture de fidélité ont refusé cette évolution et l’ont sabotée que le système s’est effondré.

            J'aime

          • « Comme si l’avis d’un manœuvre en bâtiment pouvait valoir celui d’un type qui a fait de longues études »

            Heu…. oui !

            L’intelligence, la cohérence intellectuel, le bon sens ne se compte pas au nombre d’années d’études. J’ai vu et j’ai entendu bien plus de choses intelligentes, cohérente et de bon sens chez les paysans d’Auvergne que chez des sur-diplômés parisiens.

            « comme si le nombre apportait la moindre once de justesse ou de légitimité. »

            Je n’ai jamais parlé de nombre. D’ailleurs je suis contre le suffrage universel.

            Mais pourquoi vous me parlez de la République ? Je n’ai jamais défendu la République.

            Je dis juste que ce vous dites sur les Franc-Maçon est globalement faux et que, visiblement, vous ne connaissez du sujet que ce que leurs détracteurs racontent et qui est globalement faux.
            De la même façon que ceux qui sont farouchement anti-royaliste (ce n’est pas mon cas) ne voient du royalisme que les mauvais que ce qu’ils veulent bien y voir c’est à dire, les mauvais coté.

            Je me contrefout pas mal du régime politique dans lequel je vis tant que l’Etat de droit est respecté (et pas le droit de l’Etat), tant que la propriété privée est respectée, tant qu’entreprendre est libre, tant que les choix individuels sont libres et responsables, tant que l’humain n’est pas une marchandise et tant que je peux foutre dehors le type qui prétend me diriger mais qui est une burne.

            J'aime

        • « C’est vrai que sous les différents régimes royaliste Français, la société humaine etait saine, viable et vivable. »

          -Elle avait ses défauts, comme toute chose humaine, mais était en effet bien plus saine et viable que celle de la république FM qui pour se maintenir doit ou développer un appareil policier ou un appareil de propagande, souvent les deux à la fois.

          « Enfin, à condition d’être bien né ou de ne pas avoir comme suzerain/seigneur un enfoiré de première comme cela est souvent arrivé. »

          -Ce qui est arrivé, mais pas souvent, non. Il existe de plus des documents créateurs de Droit qui s’appellent les Chartes, délimitent assez clairement les compétences et devoirs des différentes entités de la puissance publique et montrent à qui veulent les lire que la puissance royale était loin d’être « tyrannique ».

          Il faut sortir du Malet et Isaac (le bien nommé).

          J'aime

          • Skandal, lisez donc la Charte du Dauphiné, province qui était l’apanage du Dauphin. Y sont listés tous les droits et libertés attachés aux individus, aux communes, à la province, aux métiers. Il était clairement noté que si le Dauphin attentait à l’un de ces droits à une de ces libertés, la province entière avait le droit de se soulever, y compris par les armes, contre son seigneur. Trouvez-moi un texte qui accorde ne serait-ce que le dixième de ces droits et libertés dans la république et qui en garantisse la préservation en ces termes. Vous trouverez que dalle, parce que le si merveilleux document que l’on brandi à chaque fois, la DDHC, est un texte bidon, vérolé à chaque fois qu’un droit est listé par une phrase lourde de sens « Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.« . En clair, le pouvoir républicain est total sur le peuple qui n’a qu’un droit : la boucler sans broncher.

            J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s