Les socialistes pédalent dans la semoule

Assister au naufrage intellectuel d’un individu est une épreuve difficile et assez gênante. L’incohérence, la confusion, sont souvent les marques d’une activité intense, d’un manque de repos. Ceci dit, il arrive aussi que cela son état normal. S’agissant de M. Cambadélis, je laisse mes lecteurs juges. pour ma part, mon opinion est faite depuis longtemps. Je vous laisse deviner 😀

Ainsi, le 17 septembre dernier, au micro de France Info, le Premier secrétaire du Parti socialiste déclarait : « Aujourd’hui quand vous entendez, honnêtement, quelqu’un comme Estrosi, vous vous demandez s’il n’est pas au Front national. Les positions développées par ce dernier sont pires que celles de Marion Maréchal-Le Pen qui n’a même pas besoin d’être extrémiste sur la question des réfugiés et des migrants. » (Source : LeLab Europe 1)

Voilà une position claire, nette et argumentée (si, si, pour un politique ça c’est un argumentaire).

Aussi, quel n’a pas été mon désarroi lorsque ce même Cambadélis, toujours Premier secrétaire du Parti socialiste, déclara le 6 décembre, après la publication des résultats du premier tour des élections régionales : « Dans les régions à risque Front national où la gauche ne devance pas la droite, le PS décide de faire barrage républicain en particulier dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Nicolas Sarkozy et ses têtes de liste ont décidé de fermer la porte à ce barrage alors qu’ils ne peuvent gagner seuls. » (Source : LeLab Europe 1)

Syntax Errror

Hier, Christian Escrosi était la vivante incarnation du fascisme méridional, au point que Marion Maréchal-Le Pen, censée être la chef de file de la horde brune locale, passait pour une douce démocrate. Aujourd’hui, il est présenté comme le seul recours possible face à sa jeune et blonde adversaire.

Comment expliquer autrement que par la confusion mentale ce revirement de position ? A moins bien sûr que cela ne soit un trait constitutif du processus de raisonnement des socialistes français. Mais là, la faculté ne peut rien faire, c’est une cause perdue. Et tout d’un coup, tout s’explique : les couacs, les cafouillages, les bévues, les annonces rapidement démenties, de ce gouvernement comme du président, sans oublier le locataire de l’Elysée.

Publicités

Une réflexion sur “Les socialistes pédalent dans la semoule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s