La vodka du président

Voilà, tout est dit dans ce billet qui exprime bien ce que j’éprouve au sujet de Poutine.

Paul Fortune

Il y a 10 ans de cela, j’étais dans le transsibérien. Je ne parlais pas un mot de russe, ou presque, mais le voyageur finit toujours par se faire comprendre. Question de nécessité souvent, mais aussi de simple besoin de communiquer avec un frère humain. Voila donc que je devais partager un compartiment avec trois Russes. Un couple et un ancien soldat, qui me montra fièrement son tatouage des forces spéciales. Ils étaient étonnés de rencontrer un improbable Français si loin de chez lui au coeur de l’hiver sibérien, avides de questions. Je leur ai fait comprendre tant bien que mal que j’allais en Chine, et eux, probablement impressionnés du périple, m’ont aussitôt proposé de la vodka. Une bouteille dont l’étiquette annonçait « Putinka ». Et fièrement, les deux hommes russes – car la femme parlait peu – m’ont expliqué que c’était la vodka du président. Et ma foi, ils en étaient…

View original post 469 mots de plus

Publicités

2 réflexions sur “La vodka du président

  1. Il est difficile de porter un jugement sur la Russie et son peuple sur la base de trois pégus de Tchoutchmékie profonde ou sur la base de trois intelligentsias Moscovites ou Pétersbourgeoises.

    La Russie est un peu les deux, un peuple capable de produire Dostoïevski, Glinka, Nesterov, Vasnetsov, Aivazovski (qui est Arménien mais bon)…comme capable de produire les ivrognes trouvés au fin fond du village de Dourakovo.

    La nation Russe est capable de grande sensibilité esthétique, spirituelle, mais tous les Russes ne sont pas des Saint Jean de Kronstadt pas plus que tous les Français ne sont des Bossuet, des Gounod ou des Psichari.

    En ce qui concerne Poutine, même s’il demeure un pragmatique, il demeure un pragmatique avec un certain idéal de civilisation, marqué par une certaine solidarité tant culturelle que spirituelle avec une certaine Europe réelle. Il est comme Alexandre Ier, capable de faire la guerre à napoléon, mais de faire célébrer ensuite un moleben à Louis XVI.

    J'aime

  2. Ce qui peut en revanche autant agacer qu’émerveiller chez les Russes, selon les circonstances, est leur côté non fissible, non fractionnable, entier et sans grand sens de la mesure. Comme dirait Père Blaise, ce peut être une qualité comme un défaut…Ce caractère les rend néanmoins inaptes au compromis et donc plus aptes à défendre coûte que coûte une position dès qu’ils en ont trouvé une. Le Russe ne négociera pas sur certaines choses considérées comme fondamentales et aura moins tendance à se vendre. Le Russe est fondamentalement un croyant, peu importe en quoi, en Christ ou en la DP-28.Il est plus porté sur la foi que sur la raison, ce qui peut aider à vivre avec un certain sens supérieur et transcendant mais peut aussi parfois les faire tomber dans le raisonnement circulaire.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s