La nature des terrorismes islamiques

Lorsque j’écoute notre Premier ministre, fidèle à sa nature toute en rodomontades, expliquer que nous devons exterminer nos ennemis, qu’il va falloir expulser les imams salafistes et autres barbus qui prônent l’empaquetage et le tabassage des moukères, et autres joyeusetés, je me demande si nos « élites » gouvernantes ont bien compris la nature des terrorismes islamiques. Si j’utilise le pluriel, c’est tout simplement parce qu’il y a bel et bien plusieurs groupes qui fonctionnent de manières différentes sur le plan idéologique.

Il y a les groupes qui font partie de la nébuleuse Al-Qaïda. Ce terme arabe signifie « la base », et ce n’est pas un hasard car il s’agit bien d’un mouvement réellement fondamentaliste. Cette sorte de multinationale est née durant la première guerre d’Afghanistan en réaction à l’occupation de ce pays par les armées soviétiques, nécessairement impies. Bien sûr, les américains ont largement aidé ces gens en fournissant armes, conseillers techniques, etc. Il s’agissait d’affaiblir l’ogre rouge. Le groupe initial a attiré des musulmans venus d’Arabie saoudite, du Pakistan et de quelques républiques musulmanes de l’ex URSS. Après la défaite soviétique, ils ont attiré des musulmans venus du monde entier, y compris des occidentaux convertis. Leur motivation est avant tout religieuse, en ce qu’ils considéraient, et continuent de considérer que toute terre musulmane ne doit pas connaître sur son sol la présence d’armées venues de pays impies. Fondamentalistes, ils ont tous une solide formation religieuse, parlent tous arabe en plus de leur langue natale, ils sont capables de réciter des pans entier du coran, des centaines d’hadiths, maîtrisent le droit islamique et pratiquent l’aide sociale comme tous les groupes salafistes. Leur leitmotiv est simple, l’Occident ne doit pas se mêler de ce qui se passe dans le monde musulman, et encore moins y intervenir car ce sont des mécréants qui souillent le dar al-islam.

A côté de ces groupes, il y a ceux qui se réclament du Califat islamique en Irak et au Levant qui procèdent d’une autre logique. Les fondateurs de ce mouvement, sont tous peu ou prou passés dans les rangs d’un groupe affilié à Al-Qaïda et ont tiré la leçon de son échec. En effet, Al-Qaïda n’a jamais réussi à fédérer le monde arabe ou pour le moins ce que l’on appelle « la rue arabe ». De fait, les créateurs du califat sont arrivés à la conclusion qu’elle était plus un facteur d’émiettement que de rassemblement, faute d’avoir une réalité physique sur le terrain. Le projet consista donc à profiter du foutoir irakien créé par les Etats-Unis pour tenter de créer une enclave territoriale, un proto-état doté d’un gouvernement, gérant des infrastructures routières, sociales, des réseaux d’énergie, une force de sécurité, battant monnaie en or et argent. Partant de là, le projet étant politique, l’enrobage religieux n’a strictement aucune importance, il suffit juste d’un enrobage faisant office de vernis. De fait, le profil des djihadistes n’est plus le même. L’EIIL n’a pas besoin de doctes djihadistes incollables sur le coran, il a juste besoin de types connaissant le maniement des armes, qui ne craignent pas de mourir et d’infliger la mort. Lorsque l’on considère les derniers attentats qui ont frappé la France et la Belgique (Merah, Nemmouche, Sid Ahmed Ghlam, frères Kouachi, Coulibaly), on est frappé par le côté fruste de ces individus, à peine lettrés, ânonnant péniblement les phrases arabes apprises, mais bien formés au maniement des armes et prêts au sacrifice suprême. Le califat n’a pas besoin de moines soldats se battant pour allah, juste des hommes voulant se battre, même si pour certains leur nature pusillanime et brouillonne les conduira à l’échec. Qu’importe le succès dès lors que la tentative fait parler du groupe, ce qui conduira à pousser d’autres individus à le rejoindre. Elle sera reprise par l’armée des communicants qui maîtrisent à la perfection l’art de la vidéo, les truquages numériques, le montage, la sonorisation, afin de produire des vidéos de recrutement diablement efficaces comme celles produites (la série 19 HH) par Omar Diaby, niçois plus connu sous son nom de combat : Omar Omsen, mort cet été en Syrie.

De fait, s’agissant de lutter contre le califat, je ne suis pas certain qu’il faille nécessairement cibler prioritairement les imams salafistes qui ont à cœur de former de vrais et bons musulmans fondamentalistes. Je ne veux pas dire qu’il faille s’en détourner, mais à mon sens ce ne sont pas eux qui recrutent pour l’Etat islamique. D’ailleurs le profil de ceux qui sont partis en Syrie et en Irak pour rejoindre l’armée du califat montre bien que le temps passé à fréquenter des prédicateurs/recruteurs est relativement court, de quelques mois à une année, ce qui ne saurait en aucune façon suffire à former un véritable salafiste digne de ce nom. D’ailleurs, sur place les « faransi » sont utilisés à des tâches subalternes ou à des opérations kamikazes qui ne demandent aucune connaissance ou savoir-faire particuliers.

Publicités

5 réflexions sur “La nature des terrorismes islamiques

  1. Encore une fois merci pour cette analyse simple et limpide sur la différence entre ces deux « idéaux » islamistes, et avec l’humour en prime, ça aide à comprendre et à supporter l’immonde, bonne journée,

    J'aime

    • Ce faisant, je m’aperçois que compte tenu de l’heure tardive à laquelle ce billet a été rédigé, j’ai omis quelques petites précisions concernant l’EIIL.

      Leur projet politique repose sur la création d’une entité territoriale dont le but consiste en la remise en cause des accords Picot-Sykes signés en mai 1916 et qui redessinèrent les frontières de la région en fonction des protectorats français et britanniques.

      Par ailleurs, le choix de la Syrie est particulièrement intelligent. En effet, la ville de Damas revêt pour les musulmans une importance toute particulière, car dans la tradition il est dit que « La prière dans la mosquée de Damas équivaut à trente mille prières« , sans compter que les hadiths rapportent ces paroles de mohamed : « On adorera Dieu, dans la mosquée de Damas, durant quarante années après la destruction du monde« , « La capitale des musulmans le jour de la grande tuerie sera Damas, une des meilleures villes du Sham« . Sur le plan eschatologique, la Syrie, et tout particulièrement Damas seront les lieux où commencera le jugement dernier (le jour de la grande tuerie), alors ce pays et cette ville seront le lieu de ralliement de tous les musulmans.

      J'aime

  2. Les terroristes islamistes choisissent les lieux de leurs attentats d’envergure pour ce qu’ils représentent, et ceux de Paris sont typiques de la culture française: bar, restaurant, salle de concert, lieux de « débauche » pour un fanatique musulman, pour qui la musique et l’alcool sont proscrits.

    Je me rappelle, à mon retour des USA en 2000, alors que je travaillais dans un palace parisien à 2 pas des Champs-Elysées, j’avais été choqué de découvrir sur l’avenue toutes ces femmes saoudiennes ou qatari sous leur linceul noir, j’en avais même vu une porter un masque de cuir. Je le jure!

    J’étais concierge d’hôtel, j’étais entre autres au service de ces « princes » et de leur suite installés pour l’été à Paris. A leur contact j’ai réalisé qu’ils considéraient les français comme des inférieurs, la France comme un lieu de débauche, et cela alors que certains d’entre eux se livraient aux excès et la débauche dont ils nous affublaient. J’en ai vu et entendu d’édifiantes, je ne peux pas décrire ici, sérieusement, on ne me croirait pas et je n’ai pas de preuves. Mais une chose est sûre, c’est que tout ces dignitaires qatari, saoudiens, koweïtiens auxquels j’avais affaire nous considéraient avec un mépris et une arrogance insultants, et ne sont pas nos amis.

    Bien sûr je ne dis pas que c’est le cas de tous les habitants de ces pays, ni de tous les musulmans du monde, etc je ne fais pas ce genre de généralisation à outrance. Mais c’est mon expérience, et des français qui ont vécu et travaillé dans ces pays rapportent la même impression. Ce sont des états ennemis, et l’historique guerre de l’empire islamique contre l’Europe est toujours d’actualité.

    J'aime

  3. Le « vivrenesemble » n’est qu’une gigantesque fumisterie idéologique, l’islam demeurera toujours l’islam, à savoir une idéologie criminogène par essence.

    En Bosnie en 92 et à Bakou en 1988 on croyait aussi au « gentil voisin musulman » avant qu’il ne se mette à participer aux massacres…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s