Sens Commun, Républicains : oxymore

« On ne saura jamais tout ce que la peur de ne pas paraître assez avancé aura fait commettre de lâchetés aux Français. »

Charles Péguy

Le 19 octobre dernier, Sébastien Pilard et Madeleine de Jessey, respectivement président et porte-parole de Sens Commun, un courant du parti Les Républicains issu de La Manif Pour Tous, publiaient dans Le Figaro une tribune assassine et on ne peut plus juste intitulée « NKM, vous parlez comme la gauche: pourquoi ne pas la rejoindre ? » Visiblement, ils semblent avoir dérangé, puisque quatre jours après une nouvelle tribune en forme de droit de réponse était publiée dans les colonnes du même journal. Elle se veut un appel à la réconciliation, à l’unité. Titrée « NKM et la gauche : lettre à mes amis de Sens Commun« , elle est signée par Grégoire de Lasteyrie. Pour ceux qui ne connaîtraient pas cet homme, voici un rapide portrait:

Diplômé d’HEC en 2008 et de Sciences-Po Paris en 2010, il est le cofondateur en 2007 de l’Incubateur HEC. En 2009 il entre au cabinet du secrétaire d’État chargé des PME, Hervé Novelli. Ensuite, il rejoint en novembre 2010 Nathalie Kosciusko-Morizet au ministère de l’Écologie, du Développement-Durable, des Transports et du Logement. Il fait partie des hommes de confiance de Nathalie Fiasco-Morizet lors de la campagne de cette dernière contre Anne Hidalgo pour la mairie de Paris. Dans le même temps, avec le soutien de celle-ci, qui est député de l’Essonne, il se présente à Palaiseau, fief socialiste, qu’il emporte avec 52,32% des suffrages exprimés (abstention : 37,21%).

Visiblement, la « belle » de Longjumeau n’a pas souhaité répondre directement à ses détracteurs. Je suppose que sa qualité de vice-présidente déléguée du parti l’empêchait de s’adresser en personne à deux « petits jeunots », cathos de surcroît. On a donc envoyé un second couteau au charbon. La tribune n’apporte pas vraiment de réponse sur le fond, quant aux accusations portées. Derrière un prêchi-prêcha lénifiant, il est reproché (à fleuret moucheté échéance électorale obligeant) à ces « agitateurs » de ne pas avoir respecté l’ancienne discipline de parti qui avait cours aussi bien chez les communistes que chez les soi-disant gaullistes. C’est qu’on ne rigole pas, gare à ceux qui ne sont pas au garde-à-vous le petit doigt sur la couture, qui ne vénèrent pas la figure du chef, qui ne respectent pas les membres de l’état-major. On ne doit voir qu’une seule tête, les divergences doivent être remisées.

Les fondateurs de Sens Commun, que je crois sincères dans leur démarche, ont cru pouvoir, en y adhérant et en créant un courant défendant les idées de LMPT, influer sur la ligne politique du parti sarkozyste. C’est à mon sens une erreur. Un parti politique, quel qu’il soit ne défend pas une vision de la société mais des intérêts. Il suffit de lire la « Note sur la suppression générale des partis politiques », écrite en 1940 par Simone Weil, pour s’en convaincre :

Pour apprécier les partis politiques selon le critère de la vérité, de la justice, du bien public, il convient de commencer par en discerner les caractères essentiels. On peut en énumérer trois :
– Un parti politique est une machine à fabriquer de la passion collective.
– Un parti politique est une organisation construite de manière à exercer une pression collective sur la pensée de chacun des êtres humains qui en sont membres.
– La première fin, et, en dernière analyse, l’unique fin de tout parti politique est sa propre croissance, et cela sans aucune limite.
Par ce triple caractère, tout parti est totalitaire en germe et en aspiration. S’il ne l’est pas en fait, c’est seulement parce que ceux qui l’entourent ne le sont pas moins que lui.
Ces trois caractères sont des vérités de fait évidentes à quiconque s’est approché de la vie des partis.

Comment imaginer qu’une machine électorale qui a pu coopter Nathalie Fiasco-Morizet puisse partager la moindre idée avec un mouvement comme LMPT ? LR n’est pas un parti de droite, sinon par la place que ses représentants occupent dans l’hémicycle. Mis à part quelques membres, qui n’occuperont jamais une place de premier plan, ce parti est le côté face de la pièce progressiste. Le PS a un courant gay, LR aussi. Le PS a défendu le mariage guignol, l’UMP ne s’y est pas vraiment opposé, il a juste laissé quelques maires et députés sans envergure réelle faire le coup de feu histoire de sauver les apparences. Le PS est immigrationniste, LR l’est également, à ceci près qu’il ne le proclame pas ouvertement. Et on pourrait continuer longtemps ainsi. L’opposition avec le PS n’est qu’une pose, car il faut bien justifier d’une différence. Mais dans le fond, plus grand monde n’est dupe du grand guignol politique. La désaffection des Français pour le jeu politique en atteste, sans parler de la piètre opinion qu’ils ont des hommes et femmes qui nous gouvernent ou prétendent accéder au pouvoir.

Conservateurs et réactionnaires doivent se tenir loin des partis car ils n’y ont aucun avenir. Ils seront mis sur la touche, car dans ces machines on méprise ceux qui ont de réelles convictions. Pire, on s’en méfie, car il n’y a rien de plus dangereux qu’un incorruptible. Il suffit de voir le sort qui a été réservé à Philippe de Villiers et à quelques autres pour s’en convaincre. La Manif Pour Tous et le Printemps Français ont montré que les Français peuvent se mobiliser massivement pour défendre une saine vision de la société. Sortant du jeu partisan traditionnel, ceux deux mouvements, contre toute attente, ont prouvé que les citoyens veulent encore faire entendre leur voix. Certes, l’essai n’a pas été transformé. Il ne pouvait en être autrement face à un gouvernement socialiste animé par un esprit de revanche, mais la voie a été ouverte. S’il y a une toute petite chance d’influer sur la politique, ce n’est pas en faisant de l’entrisme, mais en influant sur la demande à travers des mouvements de ce genre. Encore que pour ma part je ne pense pas qu’un bien quelconque puisse sortir des urnes. Le système est par trop vérolé, corrompu, habité par des individus carriéristes qui ont fait le choix d’être les valets de quelques puissants ou de puissances étrangères.

Publicités

5 réflexions sur “Sens Commun, Républicains : oxymore

  1. LR est Mondialiste. Le PS (en fait toute la Gauche) est Internationaliste. Donc la finalité est la même. Leur seule divergence est dans la direction du pays où les places sont trop bonnes. Tous deux sont pour la pensée unique, les moyens pour l’imposer diffèrent légèrement mais l’objectif est le même : immigration, égalitarisme, censure…Cet affrontement de façade leur convenait fort bien par le jeu de l’alternance sous couvert de démocratie adaptée à cette farce. Mais, la venue d’un troisième larron, cette fois Nationaliste-Etatiste (pas vraiment rassurant non plus), vient semer la pagaïe dans le marigot. C’est donc une question de survie. Et là, on ne parle plus de démocratie mais, par un sophisme grossier, de danger de la démocratie: il fallait oser. Alors attendons-nous à être matraqués médiatiquement, aux magouillages, aux propagandes, aux menaces et peut-être à la violence, le passé rappelle de quoi ils sont capables.
    Une question demeure: ils sont trop âpres au gain pour être des initiateurs, qui servent-ils?

    J'aime

  2. En sortant de l’ENA, j’ai regardé a droite, toute les places (bonnes) étaient prises, je suis donc allé a gauche. Déclaration de Fabius, si mes souvenirs sont bons. Au final peu importe la direction, la bonne est celle qui mène au pouvoir.

    J'aime

    • J’ai à peu près le même souvenir. Il y a belle lurette que la politique est devenue un métier comme un autre. On ne va pas vers un parti par conviction, mais parce qu’il propose le meilleur business plan. Quand je vois tous ces bourgeois jouisseurs, pleins aux as, nous parler du peuple avec des trémolos dans la voix et la larmichette au coin de l’œil, j’ai envie de vomir. Il y a plus de sincérité chez une racaille qui vient de se faire serrer la main dans le sac que chez tous ces guignols. Quant à la droite, enfin supposée telle, elle ne vaut pas mieux.

      J'aime

  3. « Conservateurs et réactionnaires doivent se tenir loin des partis car ils n’y ont aucun avenir. »

    Et les libéraux aussi !! 🙂

    Je pourrais discuter à l’envie du terme « conservateurs ». Ceux qui veulent que rien ne bouge sont ils « conservateurs » ? Si oui, alors ces gens ont au contraire toute leur place dans les partis.

    Plus sérieusement, je ne connais pas plus conservateur qu’un militant PS ou qu’un militant LR… Et je ne connais pas plus stupide qu’un militant politique ou un membre de parti. Faut quand même être sacrément taré pour donner de l’argent a des gens qui nous volent constamment depuis 50 ans…

    Je suis triste de voir qu’il y a des « jeunes » (mais qui doivent déjà être de vieux cons dans leur tête) qui, après HEC, préfèrent s’engager dans la caste oligarchique politique qu’entreprendre…

    Sinon je pense depuis longtemps que les partis politiques doivent être interdit ou en tous cas, qu’ils ne doivent certainement pas être financé avec l’argent publique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s