Loi sur le renseignement, les vieilles recettes

rien à cacher

Objectivement, la démocratie est bel et bien morte. Elle n’était déjà plus très fringante, la loi sur le renseignement vient de l’enterrer. Ainsi donc, sous prétexte de vouloir assurer notre sécurité, nous voilà en position d’être tous surveillés par le gouvernement. On nous assure que seuls ceux qui représentent une menace pour notre sécurité seront espionnés. Certes, il y a bien une menace qui pèse sur chacun de nous. Nous pouvons à n’importe quel moment de notre vie être fauchés par une rafale, mourir dans l’explosion d’une bombe. Mais est-ce pour autant que nous devons accepter que nos communications soient interceptées ? Le pouvoir en place nous affirme qu’une commission indépendante veillera au grain et mettra le holà si d’aventure les demandes de mise sous surveillance n’étaient pas justifiées. Si cette commission est aussi indépendante que peuvent l’être la justice ou le CSA, autant dire que nous avons tous du mouron à nous faire. Car la nouveauté de cette loi, c’est que la mise sous surveillance ne sera plus adossée à la décision d’un juge mais décidée par le Premier ministre. Clairement, le politique vient de se livrer à une attaque à main armée et le plus beau c’est que c’est avec la bénédiction de la soi-disant opposition. Pas fous les umpistes, ils se disent que s’ils reviennent au pouvoir l’outil leur sera fort utile.

Sed quis custodiet ipsos custodes ? Épineuse question qui se pose à tous les citoyens depuis que Juvénal l’a formulée. Nous avons tous en mémoire l’affaire des écoutes de l’Elysée. 150 personnes avaient été mises sur écoute de manière tout à fait illégale, le tout sur ordre du président Mitterrand. J’ai beau faire de gros efforts, je n’arrive pas à me figurer quelle menace pouvait bien représenter pour le sécurité nationale des individus aussi divers que Carole Bouquet, Jean-Edern Hallier, Michel Cardoze. Certes, à l’époque il n’y avait pas de commission indépendante, mais aurait-elle existé que cela n’aurait rien changé puisque le président s’était passé du blanc-seing de la justice. En fait, nous devons nous contenter de la décision d’une commission indépendante dont les membres auront été nommés. Autant dire que leurs liens avec le pouvoir les pousseront, quand ils ne les obligeront pas, à se montrer conciliants. Partant de là, on peut tout imaginer et surtout le pire : la mise sur écoute de groupes structurés d’opposants (Printemps français, LMPT, etc.), de blogueurs considérés comme nuisibles, etc. Si on ajoute à cela la volonté d’augmenter le nombre des caméras de surveillance, dite de vidéo-protection, il est clair que nous nous dirigeons à grand pas vers une société qui sera finalement qu’un panoptique à ciel ouvert, une illusion de liberté.

libertés vs sécurité

L’indifférence de nos concitoyens suite à la discussion et à l’adoption de cette loi (25 voix pour, 5 contre) est on ne peut plus inquiétante. Je veux bien croire qu’ils ont toutes les meilleures raisons du monde de bouder les urnes, de se détourner du blabla politique quotidien, mais là j’avoue ne pas comprendre. Quelle serait leur réaction si, en rentrant chez eux à l’improviste, ils trouvaient un barbouze de l’Etat en train de lire leur correspondance, leur journal intime, etc. ? Je gage qu’ils se jetteraient sur l’indélicat avec pour objectif de lui coller une bonne dérouillée. Bon et sain réflexe fondé sur le simple fait que ce qui est privé doit le rester. Avec ce texte, les barbouzes n’auront pratiquement plus à se déplacer, sauf dans le cas où la pose de micros s’avérerait nécessaire. Avec un tel outil à disposition, il suffirait de passer lois ou décrets pour modifier la liste des cibles possibles. Autant dire que toute personne qui se déclare clairement en opposition au pouvoir en place peut se voir mise sur écoute. Etant entendu que nous sommes condamnés à faire confiance aux vertueux gouvernants en place. Sauf que pour arriver à un tel degré de responsabilité, il faut être tout sauf vertueux, je dirais même que celui qui fait preuve de probité est condamné à rester éternellement sur le banc de touche en regardant monter ceux qui n’ont aucun scrupule à revenir sur leur parole, à trahir leurs « amis », etc.

Le tout pour quelle efficacité ? Les immenses dispositifs mis en place après le 11 septembre se sont révélés décevants, toutes les réussites de l’anti-terrorisme américain ont été dues à des enquêtes classiques de renseignement et de police. On peut donc légitimement craindre que cet outil ne serve en définitive qu’à mettre sous surveillance tous ceux qui se trouvent dans l’opposition. Et ce ne sont pas les déclarations officielles des ministres de l’Intérieur et de la Justice quant au respect des libertés constitutionnelles qui vont me rassurer, loin de là. Les mois noirs qui avaient assombri les cieux de notre beau pays ne sont pas près de s’éloigner, bien au contraire.

manuel-te-regarde

Publicités

2 réflexions sur “Loi sur le renseignement, les vieilles recettes

  1. En élargissant le spectre, ou aller pour vivre libre ? Notre liberté est elle définitivement morte et enterrée, ou seul, les petits hommes verts sont susceptibles de nous la restituée !

    J'aime

  2. « L’indifférence de nos concitoyens suite à la discussion et à l’adoption de cette loi (25 voix pour, 5 contre) est on ne peut plus inquiétante »

    C’est en effet très inquiétant.
    D’autant que personne ne demande de compte aux élus.
    Où étaient-ils pendant la « discussion » et le vote ?
    25 et 5 ! Ca fait 30…

    La soi-disant démocratie ne fonctionne plus du tout.
    Alors leurs « principes républicains », dans la mesure où, par exemple, Meyer Habib juge que deux quenelles à l’assemblée nationale sont des gestes contraires à la république, faut croire qu’elle ne tient pas à grand chose, leur république.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s