Semaine du goût à Saint-Claude : on ferme les écoles

Depuis quelques semaines le zélotes des forces de progrès mangent leur pain noir. En effet, semaine après semaine des affaires de pédophilie impliquant des instituteurs ou professeurs font la une des journaux. Comme Le Nonce et Maître Jacques le rappellent, on s’étonne de ce que Charlie Hebdo ne fasse pas sa une de couverture avec un dessin bien dégueulasse. Mais il est vrai que l’école publique, laïque, seul rempart contre l’obscurantisme catholique ne saurait être mise en cause parce que quelques déséquilibrés ont réussi à faire leur nid en son sein. Pourtant, il y a de la matière. Après tout, un instituteur particulièrement imaginatif, à moins qu’il soit nanti d’un humour particulièrement pervers, ne s’est-il pas servi de la semaine du goût pour imposer une fellation à quelques uns de ses élèves ?

Mais les Français ont la mémoire courte, aidés en cela par les médias subventionnés qui feignent de découvrir que l’institution éducative est vérolée par les pédophiles. Pourtant, il suffit de faire une rapide recherche pour se rendre compte que ces faits ne sont pas nouveaux. Ainsi, en 1998, alors que l’éducation était placée entre les mains de Claude Allègre et Marie-Ségolène Royal, ce ne sont pas moins de 345 affaires de pédophilies qui furent instruites. 300 concernant le cycle primaire, 45 dans le secondaire. On l’avait juré à l’époque, la maison ne couvrirait plus les salopards qui la salissent et s’en prennent aux plus vulnérables, les enfants. A l’époque, un ponte du système avait pourtant jugé bon de rappeler que «lorsqu’un enseignant est soupçonné d’être à risque, la meilleure solution consiste, sans doute, à lui donner un travail administratif… Dans toutes les institutions, on répugne à ne pas régler ces problèmes en interne.» Nette opposition entre le pouvoir politique, éphémère par nature puisque lié aux nominations et départs des porteurs de maroquins, et ceux qui font réellement tourner la machine, les hauts fonctionnaires. En février 2001, le quotidien Libération explique que l’étouffement des affaires est monnaie courante et porte même un nom : « se refiler le mistigri« . En clair une académie se débarrasse du problème en mutant le fonctionnaire « indélicat et gênant » dans une autre académie en se gardant bien d’avertir celle qui l’accueille des faits qui lui sont reprochés.

Visiblement, le sursaut de conscience apparu à l’époque Royal n’a guère duré et la fonction publique a repris ses bonnes vieilles habitudes maison. Après tout, comme le souligne l’article de Libé, ce sujet n’intéresse guère les syndicats («Dès que peu de chose remontait, l’attention des ministres n’était guère attirée par ce problème, qui ne paraissait pas, en outre, prioritaire pour leurs interlocuteurs, qu’il s’agisse de responsables syndicaux ou de représentants de parents d’élèves.») qui, comme dans certains autres ministères, semblent être les véritables patrons de la boîte. Il y a fort à parier qu’une fois le soufflé retombé, que Mmes Taubira et Belkacem débarquées, l’éducation nationale retrouvera son petit train-train fait de silences feutrés, de mutations. Ainsi tout ce petit monde pourra à nouveau tomber à bras raccourcis sur l’infâme qui est à leurs yeux l’incarnation du mal et les délicates unes de Charlie pourront à nouveau fleurir sans que cela ne gêne qui que ce soit. Quant aux enfants, on le sait depuis fort longtemps, tout combat a son lot de victimes collatérales comme on dit dans le petit monde des consultants médias. Cela ne doit pas gêner la lutte contre l’adversaire.

Publicités

9 réflexions sur “Semaine du goût à Saint-Claude : on ferme les écoles

  1. Merci du lien!
    J’ai parfois l’impression, tant je me trouve seul à penser certaines choses, que c’est moi qui suis complètement tordu: heureusement le petit monde des blogs « mal-pensants » est là pour me remonter le moral.
    Bien à vous,
    lenonce

    J'aime

  2. J’avais fait un petit article sur le sujet, notant qu’il y a environ 1 millions de fonctionnaires dans l’éduc naze (dont environ 800 000 enseignants) et 20 000 prêtres en France. Donc pour 1 prêtre pédophile, on peut raisonnablement penser qu’il y a une petite cinquantaine d’enseignants dans ce cas, car on ne voit pas pourquoi la profession de prêtre attirerait plus les pédophiles que celles dans lesquelles le contact avec les jeunes et très jeunes et permanent.

    J'aime

    • Ça, c’est parce que vous avez l’esprit mal tourné et que vous n’êtes pas un bon petit républicain. Mettez-vous une bonne fois pour toutes dans le crâne que seule l’Eglise est coupable. C’est pourtant pas difficile à comprendre !

      J'aime

  3. En France, on compte 16 000 prêtres (dont 1600 étrangers car ça n’intéresse plus grand monde) avec une moyenne d’age de 72 ans pour nos prêtres bien de chez nous (les africains qu’on n’aime pas trop sur la réacosphère sont plus jeunes… environ 50 ans).
    A cet age là, on ne bande plus beaucoup, quoiqu’il existe des produits pour ça, m’enfin, l’envie est quand même moindre, je suppose.

    L’EN, c’est 841 000 enseignants dont aucun n’a plus de 70 ans. (ces feignants ne se font pas prier pour partir en retraite).

    En gros, vous venez de découvrir qu’un panel de 841 000 personnes contenait plus de brebis égarés qu’un panel de 16 000, sacrée découverte. Vous devriez écrire une thèse plutôt qu’un blog.

    J'aime

    • Je faisais juste une remarque de bon sens qu’on entend, à ma connaissance, rarement – idéologie dominante oblige. Merci de garder votre ironie condescendante pour les gauchistes et autres demeurés. Vous avez me semble-t-il ce trait malheureusement trop gaulois que de commencer à taper sur les gens de votre voisinage avant que de cibler l’ennemi.

      J'aime

      • Je vais appuyer un peu sur le champignon, au contraire. Si Bebert est pédophile, vous croyez qu’il va chercher des enfants dans une église où la moyenne d’age des pratiquants est maintenant de 80 ans, ou dans une école peuplée de petits enfants ?
        On peut donc penser que le prédateur a plus de chance de se tourner vers une profession qui l’amènera à trouver des proies et donc très certainement pas dans la religion catholique qui n’attire plus guère. En Ouganda par contre, l’armée de résistance du Seigneur, des bons chrétiens dont on entend pas parler étrangement sur la réacosphère, massacre, viole des enfants. mais chuuut…. les méchants, ce sont les musulmans.

        J'aime

        • Admettons – mais c’est vous qui découvrez un peu l’eau chaude aussi, sur ce coup.

          J’attire votre attention sur le fait que la LRA n’est en rien un mouvement reconnu officiellement par l’Église catholique. Dans la mesure où l’Islam ne possède aucun organe central qui définit le dogme, il est beaucoup plus sujet à des débordements : aucune interprétation ne peut se dire « officielle ». Observez aussi que, du point de vue catholique, le protestantisme est une hérésie qui a réussi. La haine anti-catholique des laïcards vient justement du fait qu’il s’agit d’une organisation structurée qui soit la seule capable de faire une concurrence durable aux institutions purement temporelles et athées.
          Et concernant les musulmans, je ne sais pas si ce sont « les méchants », mais j’ai visité suffisamment de pays musulmans pour être convaincu que cette religion risque de nous apporter plus de mal que de bien. Mais ce n’est que mon expérience.

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s