Racaille rouge un jour, racaille rouge toujours

L’Action Française invitée au conseil d’arrondissement ,

ou Comment la gauche se glorifie d’actes non-démocratiques

Les séances du conseil d’arrondissement du 7ème secteur de Marseille (13ème-14ème arrondissements) sont toujours de grands moments depuis la victoire du Front National Stéphane Ravier. L’opposition de gauche, menée par l’élu du Front de Gauche Samy Johsua, ancien dirigeant trotskyste, critique continuellement le maire et, voulant le pousser à la faute, lui reproche à toute occasion de ne pas être un vrai démocrate.

Le jeudi 12 février, le sénateur-maire FN a été amené à faire un petit rappel historique du comportement de son adversaire. Le site du quotidien communiste « La Marseillaise » rapporte ainsi ce qui s’est passé:

« Puis, se délectant par avance sous l’œil de la caméra, il lance : « M. Johsua, je vais vous faire un cadeau. » Et il lit : « Une réunion de royalistes attaquée par des communistes. Cinq blessés. Ça ne vous rappelle rien ? »

« 1790 ? », rétorque l’opposant dans un sourire. Stéphane Ravier poursuit sa lecture. Il s’agit d’un article du Méridional relatant un affrontement vieux de plusieurs dizaines d’années auquel Samy Johsua aurait pris part. «Ce qui est écrit est faux, la réunion ne s’est pas tenue parce que nous l’avons empêchée. Darquier de Pellepoix, commissaire aux affaires juives sous Pétain, devait y prendre la parole. Je suis vieux maintenant mais si c’était à refaire je le referai !», martèle Samy Johsua évoquant son origine juive et les horreurs de la guerre. »

La présence possible de l’infâme collaborateur que fut ce Darquier est une pure invention car cet individu s’était réfugié en Espagne en 1945 et ne remit jamais les pieds en France. Mais M. Johsua a été pris à contre-pied et a répliqué n’importe comment, en laissant parler ses obsessions.

Comme le prouve cette reproduction du tract distribué alors dans les lycées, facs et rues de Marseille, le seul orateur prévu pour cette réunion du 24 février 1968 était le journaliste et ancien résistant Pierre Debray (qui n’hésita pas à faire le coup de poing contre les agresseurs).

ob_49b75f_debray-mazenod-jpgEn tout cas, l’élu du Front de Gauche s’est glorifié de cet acte en disant: « si c’était à refaire je le referai ! ». L’extrême-gauche donne des leçons de démocratie mais ne les applique pas et ne renie pas ses agressions physiques, même 47 ans après. Sa méthode est toujours la même: stigmatiser systématiquement tous ceux qui ne s’inclinent pas devant ses insultes et sa violence.

L’article paru dans le quotidien « Le Méridional-La France » du dimanche 25 février 1968 montre le comportement « démocratique » de ces gens qui ne regrettent jamais leurs erreurs.

ob_689af7_mazenod-jpg

N.B.: après la raclée reçue à la salle Mazenod, les gauchistes n’attaquèrent plus jamais une réunion royaliste à Marseille.

Source : Action Française Provence

–     –     –

Quelle vérité dans ce cri : « Si c’était à refaire, je le referai !« . C’est sans doute involontaire, mais comment ne pas voir dans cet instant où la véritable nature d’un homme se révèle, toute la saloperie de la racaille rouge. Ils ont beau avancer sous le masque de l’humanisme, leurs méthodes parlent d’elles-mêmes. Victor Kravtchenko lorsqu’il publia son témoignage sur la vie en Russie soviétique dut faire face à une immonde campagne de diffamation de la part du ban et de l’arrière-ban de l’intelligentsia communiste. Arthur Koestler, lorsqu’il publia son roman « Le zéro et l’infini » ne pouvait pas faire la moindre apparition publique sans se retrouver face aux nervis envoyés par le PCF. Et si vous doutez encore de leur véritable nature, demandez-vous pourquoi les communistes français, aidés par leurs frères de la CGT volèrent puis cachèrent 5000 armes volées dans le stock de ManuFrance. Sont-ce là des méthodes dignes de grands démocrates soucieux du bien commun, ou plutôt celles de salauds qui attendent la moindre occasion pour faire le coup de feu afin de s’emparer du pouvoir ?

Certes, de nos jours le PCF ne représente plus grand chose, mais il ne faudrait pas pour autant considérer que la bataille a été gagnée, comme certains l’ont cru à la suite de la chute du mur de Berlin. La pourriture a la vie dure et comme tout virus particulièrement pernicieux, le communisme a muté. Au contact du monde moderne, il a adopté de nouvelles stratégies de défense afin de ne pas mourir et continuer de polluer la vie publique. De nouvelles souches sont apparues, EELV, ATTAC, Parti de Gauche, Front de Gauche, etc. Le combat continue, car il est essentiel de préserver la société de cette infection. Quels que soient les noms, quelles que soient les différences avec la cellule souche, la nature de ces nouveaux mouvements est identique au modèle initial.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s