Et maintenant ?

C’est la question que de nombreux Français se posent. Et pendant qu’ils cogitent, 577 pantins s’amusent à chanter cet odieux hymne national qu’est « la marseillaise », histoire de montrer au bon peuple qui les a élu qu’ils n’ont pas peur, oubliant qu’ils sont bien à l’abri dans un palais lourdement gardé par des effectifs qui seraient plus efficaces s’ils étaient déployés pour protéger les rues fréquentées par ces cochons de contribuables tout juste bons à casquer afin de leur assurer grand train. Chacun y va de son air martial, untel préférant les mâchoires crispées, tel autre adoptant plus volontiers une nuque raide, tout ça pour débiter des inepties. Car cette belle union nationale à peine proclamée était aussi froide et raide qu’un nourrisson dans le congélateur de Véronique Courjault. D’aucuns ne voulant pas du FN, d’autres, plus à gauche que les certains, ne voulaient pas se mêler à cette union si d’aventure c’était pour se retrouver à devoir côtoyer un célèbre bateleur de la foire politique jouant à l’éternel retour, etc. Et si les inepties se limitaient au seul champ de la politiconnerie habituelle, chamailleries dignes de la cour de récréation, mais non. Tous ces beaux messieurs et ces belles dames se sont mis en tête qu’ils étaient doués d’une connaissance encyclopédique, ce qui les a tous poussés à proclamer que ce qui venait de se passer n’avait rien à voir avec l’islam. Juré, craché, wallah sur le coran d’la mecque ! Bien entendu, si de mauvais esprits venaient à douter non seulement de leur qualité pour désigner ce qui est mahometiquement correct ou pas, ce ne pourraient être que de vils islamophobes. Même si plus de 80% des victimes du terrorisme dans le monde sont tuées au nom de l’islam, ce dernier n’a rien à voir avec les faits qui ont ensanglanté le joli mois de janvier habituellement réservé aux bons vœux et autres résolutions.

Sur le plan pratique, il semble que nous nous dirigeons vers une société policière à base de flicage de tous les moyens de communication mis à la disposition des hommes et femmes du commun. Certains s’offusquent déjà que des applications pour smartphones comme Instagram, SnapChat, What’s App, FaceTime, iMessage, Skype, Hang out, Viber soient cryptées, ce qui oblige les services secrets à investir dans de coûteux super-ordinateurs, et réduit leur capacité à fiche leur nez dans nos messages. D’autres, plus décontractés, comme Valérie Pécresse, n’y vont pas avec le dos de la cuiller en appelant de leur vœux un « Patriot Act » à la française. Merveilleuse cohérence qui pousse ceux qui n’avaient pas de mots assez durs pour flétrir l’immonde et fasciste George Walker Bush, lorsqu’il promulgua cette loi particulièrement liberticide, à adorer ce qu’ils brûlaient auparavant. Tout le monde est tombé d’accord sur le fait qu’il fallait préserver la liberté d’expression, tout en applaudissant la mise en garde à vue de Dieudonné. On a entendu, çà et là, certains répéter la citation apocryphe attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. », tout en ayant dans le même temps la bave aux lèvres à l’idée d’accrocher un nouveau scalp à leur ceinture.

Pourtant, il y aurait des choses simples et d’un coût très faible pour notre Etat obéré. Par exemple, ces attentats meurtriers ont montré qu’outre les victimes, ce sont les policiers en tenue, ceux qui sont au quotidien chargés de nous protéger et de nous secourir, qui sont en première ligne. Le tribut à payer est donc nécessairement lourd. Pourquoi ne pas augmenter la fréquence des entraînements au tir, et ajouter à la classique cession au stand des modules de tirs pratique où ils seraient mis en situation ? Outre le fait que cela permet d’accroître la précision des tirs, cela permet de mieux gérer le stress que génère une telle agression, aiguise la combativité. En parallèle, il serait bien vu de doter les patrouilles d’un armement un peu plus conséquent leur permettant de faire face dans l’attente de l’arrivée des unités spéciales. Appliquer sévèrement les lois existantes, abroger celles qui sont clairement laxistes, tout cela ne coûte pas cher mais permet de protéger efficacement la société des nuisibles qui tentent de la gangrener. Et puis il faudrait aussi, surtout arrêter de considérer le citoyen français comme un attardé incapable de maîtriser ses pulsions, y compris meurtrières, et lui permettre d’avoir un accès plus facile aux armes de poing. Bien sûr, il n’est pas question de les distribuer comme des carambars, il est clair qu’un casier judiciaire immaculé, aucun antécédent psychiatrique, seraient des conditions impératives. Tout comme l’obligation de fréquenter régulièrement un stand de tir agréé. L’expérience le montre, more guns less crime. Si en plus du policier chargé de protéger Charb, il s’était trouvé un ou plusieurs dessinateurs encalibrés, il est clair que l’affaire se serait très certainement terminée différemment. Un peu comme dans les tueries de campus aux Etats-Unis, qui comme par hasard n’ont lieu que dans les universités où les armes sont interdites. Je ne prétends pas qu’il n’y aurait pas eu de victimes parmi l’équipe rédactionnelle, mais il est clair que les terroristes auraient été blessés, voire abattus. Mais la classe jacassante estime que les Français sont des beaufs, des bœufs, incapables de résister au plaisir de défourailler sur le premier con qui leur a fait une queue de poisson. Pourtant, ils oublient ce fait : il y a 3.164.034 armes qui sont légalement possédées par des citoyens français. Pour autant, nos rues ressemblent-elles à celles de Tombstone à la grande époque des frères Earp ? Ce qui tend à prouver que le Français n’est pas plus idiot que son voisin suisse, qui lui détient de 18 à 50 ans le fusil d’assaut et les cartouches qui attestent de son appartenance à l’armée de milice de la Confédération Helvétique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s